Eco/MediaLes InfosMEDIAS

ALG : Les aboyeurs demandeurs d’emploi (Lafordasse)

LAFORDASSE

Ils ont apparemment la rancune tenace et la rancoeur dure, ceux qui continuent à déverser leur venin à travers la presse et les tubes cathodiques pour assouvir leur vengeance. N’ayant pas pu salir la popularité de l’ex-président de la FAF, Kheireddine Zetchi, et sa sortie par la grande porte, après qu’il a refusé de briguer un second mandat, ils continuent d’aboyer à cor et à cri pour éliminer de Dely Ibrahim, selon eux, quelques ‘’résidus’’ de la Issaba. Le comble, quand on sait qu’ils ont été et continuent d’être les relais, sans foi ni loi, des oligarques qui ont mis le pays à genoux.

En football, ils n’hésitent devant rien pour faire des appels du pied au nouveau président de la FAF, Amara Charaf-Eddine pour l’octroi de postes à eux ou à leur entourage afin de sentir, au plus près, le jasmin et les délices du palais. Ces pseudo-influenceurs exigent, maintenant, le départ de certains employés de la fédération, les accusant d’avoir brandi le spectre de la FIFA et des éventuelles sanctions contre la fédération. Plus grave encore, on se croirait en temps de guerre avec ce motif invoqué de « haute trahison » qui a fait sourire pas mal d’officines. Il est vrai que de nos jours, la traîtrise est une question de date, sinon de période.

Ces pseudo-influenceurs sont connus. Ils ont brisé bien des carrières d’honnêtes gens du temps où leurs gourous étaient au pouvoir. Ils n’acceptent pas d’avoir été mis sur la touche par l’ancienne fédération. Ils reprochent, aujourd’hui, la reproduction fidèle des deux courriers de la FIFA, l’un le 16 octobre 2020 et l’autre le 12 février 2021. Or, en son temps, le risque était là et la vérité également. Car, si la FIFA a pour le moment changé d’avis, ce sont ceux qu’ils veulent jeter en pâture à l’opinion sportive qui ont contribué à faire infléchir sa position, Que ce soit l’ex-président de la FAF, son Secrétaire général, Mohamed Sâad, et bien d’autres personnes. Cet épisode sera révélé le moment venu !

Il est en de même pour la campagne avortée contre le sélectionneur national, Djamel Belmadi. Ces pseudo-influenceurs se sont inscrits aux abonnés absents lors de la Conférence de presse. Ils se sont contentés de faire la courbette au ministre, le dédouanant de tout ce qui s’est passé durant plusieurs mois, de toute cette polémique, de toute cette tension et de cette fitna fomentées par des cercles toujours planqués dans l’ombre. Ils ont été démasqués par le coach national qui a dénoncé les andidats à la candidature qui s’adonnent à un vil exercice, à travers le tube cathodique ou les pages d’un canard.

L’Algérie du changement n’a cure d’une République des copains et des coquins. Elle ne veut pas de ces pseudo-influenceurs qui combattent tout ce qui peut faire avancer le pays.

LA FORDASSE

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité