AlgerieLes Infos

ALG : Le MJS zappe l’article 17 des statuts types des Associations

AB. LAHOUARI

La note du ministre de la Jeunesse et des Sports, Sid-Ali Khaldi, qui a fait des vagues dans les réseaux et qui a été vite retirée de certains sites, ne semble pas avoir surpris ou dérangé le président de la FAF et les membres du Bureau Fédéral. Ils estiment que l’article 29.6 est « mal rédigé » comme l’a confirmé la FIFA et que les prédécesseurs de l’actuel ministre en ont fait une autre lecture en donnant leur feu vert pour la tenue d’une Agex, sans tenir compte des trois points contenus dans l’article (modification du siège de la Fédération, modification des statuts ou dissolution de l’Association).

Ces ministres se sont appuyés, certainement, sur les statuts types des Associations rédigés par le ministère de l’Intérieur (ministère de tutelle de toutes les Associations). Ce qui rend caduc l’interventionnisme du MJS. Dans son article 17, il est dit que « L’Assemblée Générale se réunit au moins en session ordinaire (en indiquant le nombre de fois) ……….. par an, et se réunit en session extraordinaire chaque fois que le besoin s’en fait sentir, à la demande du président de l’Association, ou à la demande de membres du Bureau ou à la demande de ses membres (fixant le quorum. ……………………………….).»

Les actuels braconniers du droit qui s’érigent aujourd’hui en Tribunal médiatique et qui mènent campagne contre la FAF pour le retour des anciens bourreaux du football algérien, alors qu’ils étaient muets comme des carpes n’ont pas manqué de crier victoire à la suite de la note du MJS. Mais ils ont été vite rabroués dans les réseaux sociaux par les anti-issabistes qui ont également fustigé la teneur de la note, jugée « incohérente » rendant le ministre impopulaire, tout en soutenant les actions du président Zetchi Kheïreddine.

Du coup, le président de la FAF en sort grandi de ce qui est considéré comme des attaques injustifiées contre l’homme de la résurrection du football national. Celui qui a placé le jeu à onze au centre des débats, en engageants des réformes salutaires comme la mise en place des Centres de formation, la révision du professionnalisme et … ce titre de champion d’Afrique dont les Algériens à travers le monde ont fêté son  premier anniversaire, dimanche.

 

 

La note du ministre de la Jeunesse et des Sports, Sid-Ali Khaldi, qui a fait des vagues dans les réseaux et qui a été vite retirée de certains sites, ne semble pas avoir surpris ou dérangé le président de la FAF et les membres du Bureau Fédéral. Ils estiment que l’article 29.6 est « mal rédigé » comme l’a confirmé la FIFA et que les prédécesseurs de l’actuel ministre en ont fait une autre lecture en donnant leur feu vert pour la tenue d’une Agex, sans tenir compte des trois points contenus dans l’article (modification du siège de la Fédération, modification des statuts ou dissolution de l’Association).

Ces ministres se sont appuyés, certainement, sur les statuts types
des Associations rédigés par le ministère de l’Intérieur (ministère de tutelle de toutes les Associations). Ce qui rend caduc l’interventionnisme du MJS. Dans son article 17, il est dit que « L’Assemblée Générale se réunit au moins en session ordinaire
(en indiquant le nombre de fois) ……….. par an, et se réunit en session extraordinaire chaque fois que le besoin s’en fait sentir, à la demande du président de l’Association, ou à la demande de membres du Bureau ou à la demande de ses membres (fixant
le quorum. ……………………………….).»

Les actuels braconniers du droit qui s’érigent aujourd’hui en Tribunal médiatique et qui mènent campagne contre la FAF pour le retour des anciens bourreaux du football algérien, alors qu’ils étaient muets comme des carpes n’ont pas manqué de crier victoire à la suite de la note du MJS. Mais ils ont été vite rabroués dans les réseaux sociaux par les anti-issabistes qui ont également fustigé la teneur de la note, jugée « incohérente » rendant le ministre impopulaire, tout en soutenant les actions du président Zetchi
Kheïreddine.

Du coup, le président de la FAF en sort grandi de ce qui est considéré comme des attaques injustifiées contre l’homme de la résurrection du football national. Celui qui a placé le jeu à onze au centre des débats, en engageants des réformes salutaires comme la mise en place des Centres de formation, la révision du professionnalisme et … ce titre de champion d’Afrique dont les Algériens à travers le monde ont fêté son  premier anniversaire, hier, dimanche.
– AB. LAHOUARI

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité