AlgerieLes Infos

ALG : L’art 17, la hantise des braconniers du Droit

AB. LAHOUARI

L’article 17 relatif aux statuts types des Associations rédigés par le ministère de l’Intérieur (ministère de tutelle de toutes les Associations) pourrait rendre caduc toute la stratégie des braconniers du droit qui tentent vaille que vaille à pousser à la démission le président de la FAF et son Bureau Fédéral avant la fin de leur mandat en mars prochain.

Dans son article 17, il est dit que « L’Assemblée Générale se réunit au moins en session ordinaire (en indiquant le nombre de fois) ……….. par an, et se réunit en session extraordinaire chaque fois que le besoin s’en fait sentir, à la demande du président de l’Association, ou à la demande de membres du Bureau ou à la demande de ses membres (fixant le quorum……….). »

Bon nom d’éminents juristes ont conclu que cet article fait force de loi et s’oppose à l’article 29.6 des statuts de la FAF imposé par l’ancienne direction du gestionnaire Mohamed Raouraoua qui n’avait de cesse de triturer les textes durant deux décennies. Et la FIFA, qui a participé à l’élaboration des nouveaux statuts de la FAF, n’a pas manqué de relever qu’il s’agit là d’un article «mal rédigé».

Il est réducteur avec ses trois points (modification du siège de la Fédération, modification des statuts ou dissolution de l’Association). A l’image d’autres articles, lourd héritage d’une gestion autoritariste qui s’opposait aux principes de la démocratie participative.

Ce que les nouveaux statuts ont corrigé avec la limitation des mandats, la durée des mandats, la modification de la composante de l’Assemblée Générale … et qui ont mobilisé les Issabistes du sport à tenter de renverser la FAF avec le soutien de quelques charlatans des plateaux TV.

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité