AlgerieLes Infos

ALG : L’Algérie, Berraf, « Nidae Al Hassan » et la Charte olympique

Nazim Bessol

Le président du Comité olympique algérien, Mustapha Berraf et président de l‘Association des Comités olympiques africains (ACNOA), méconnaît-il les positions diplomatiques et officielles algériennes ? Méconnaît-il, la Charte olympique qu’il ne cesse de brandir pour menacer le ministre algérien de la Jeunesse et des Sports ? Ou bien tout simplement ce cumulard a-t-il choisi la voie de la provocation permanente pour jouer à la victime ? Des questions qui méritent d’être posées au vu de l’incident qui s’est produit à Rabat le 19 août dernier, sans que cela ne suscite la moindre réaction de sa part.
En effet, en marge de la cérémonie d’ouverture des Jeux africains de Rabat ( du 19 août au 31 août dernier), placée sous le haut patronage du Roi Mohamed VI et en présence du Prince Moulay Rachid et de plusieurs officiels de l’Union africaine, la délégation algérienne conduite par le ministre de la Jeunesse et des Sports, Raouf Salim Bernaoui, accompagné de son staff ainsi que du chef de mission de l’Ambassade d’Algérie à Rabat, a été surprise de constater que la chanson de la marche verte « Nidae Al Hassan » ( Ndlr- un hymne à la gloire de l’occupation marocaine des territoires sahraouis) a été au programme. Elle a aussitôt aussitôt quitté le stade en guise de protestation alors dans la tribune officielle, il n’est resté plus que … Mustapha Berraf président de l’ACNOA et du COA, deux instances qui se veulent totalement apolitiques.
Deux semaines après la clôture des Jeux, Mustapha Berraf n’a toujours pas relevé cette atteinte aux idéaux olympiques. Bien au contraire, il continue à narguer les autorités politiques algériennes en tant que président du COA alors que l’argument fallacieux de certains de ses supports qui consiste à avancer la stricte séparation de la politique et du sport. Or, la chanson « Nidae Al Hassan» est par définition, un chant politique (voire de propagande) avec un message politique qui n’a donc pas sa place dans une cérémonie d’ouverture officielle des Jeux africains. Elle est une attaque contre la jeunesse africaine avide de liberté et contre toute forme de colonialisme. Il s’agit là d’une violation caractérisée de la très chère Charte olympique qu’invoque Mustapha Berraf à tout va et qu’il n’a pas su défendre, ni en tant que président de l’ACNOA et encore moins en tant que président du COA. Il ne lui reste qu’à partir avant que sonne pour lui le glas …

NAZIM BESSOL

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité