Eco/MediaLes InfosMEDIAS

ALG : La mise en conformité avant tout et…avec Zetchi ! (AB. Lahouari)

ABL

Il n’y a pas trente-six mille enjeux ! Et toutes les explications ou justifications de quelques résidus des Issabistes, pour faire chuter la FAF, ne sont que diversion. Elles risquent de conduire le football algérien vers l’humiliation et à l’affaiblir sur le plan international, alors qu’il est revenu en force avec des résultats que nos voisins envient. C’est là le but recherché par ces pyromanes. Il appartient aux esprits éclairés, sportifs ou pas, de les empêcher d’atteindre leur but. La mobilisation pour protéger notre football et les dirigeants sincères qui le gèrent doit continuer.

Le seul et unique enjeu majeur est la mise en conformité des statuts de la FIFA, conformément aux directives de l’instance de Zurich. Avec ou sans Zetchi. Il ne s’agit pas de différer cette opération, mais d’organiser l’Assemblée Générale Élective avec les nouveaux statuts, avec s’il le faut quelques correctifs imposés par le MJS, sans faire dans l’ingérence. Il ne s’agit pas de crier victoire et s’en prendre aux lanceurs d’alerte parce qu’un ministre a été reconduit pour quelques mois. C’est grotesque ! Surtout lorsque l’on a écrit, à quelques jours du remaniement ministériel, comme une menace, que son bilan a été un « Flop ». A moins d’avoir la mémoire qui vacille. (sic)

La patate chaude est toujours là. Les faits le sont également. Ils ne tournent pas au gré du vent, des girouettes et des scénarios navets inspirés par des documents manipulés par ceux qui, de l’étranger, en tirent les ficelles, quand bien même ils sont loin d’être les maîtres du jeu. Car, si l’on ne peut ignorer ces sources mal intentionnées qui n’honorent guère leurs auteurs – et ce sera une tâche noire pour la suite de leurs carrières – les marionnettistes, qui tirent également les ficelles derrière les rideaux, ne s’en tireront pas glorieux.

En vérité, ce n’est pas seulement les statuts qui les dérangent, mais aussi la personnalité du président de la Fédération, Zetchi Kheïreddine, et de son Bureau fédéral qui ont mis durant leur mandat des réformes (un exemple pour bien d’autres pays). Celles-ci placent le football au centre des débats, et non les intérêts mesquins et mercantiles. Des académies pour notre jeunesse et non des hôtels ! Des stades et non des agences de voyage ! Ce qui les dérangent également, c’est la réussite de Zetchi avec son frère au niveau de l’académie et du club Paradou, principal pourvoyeur de joueurs sur le plan national et exportateur à l’étranger.

Les résultats obtenus ont de l’ancienne direction de la FAF durant plus d’une quinzaine d’années avec la complicité des médias coalisés qui ont perdu leurs privilèges. Elle en avait dressé des obstacles contre le Paradou pour l’affaiblir, sinon l’éliminer, le désignant comme le mauvais exemple du professionnalisme. Une accusation qui passait mal au niveau de l’opinion sportive, guère dupe, devant la santé financière de ce club, alors que d’autres vivotaient avec les subventions de l’État. Finalement, la passion qui animait le club de Hydra a été la plus forte.

Le temps des tribunaux médiatiques est dépassé. Celui du changement en profondeur est arrivé. La démocratie participative a pris le pas sur les braconniers du Droit qui n’en finissent pas de radoter et de brasser du vent. Sur ce dossier, l’instance fédérale a agi en toute légalité, en toute transparence. Zetchi est parti de rien, il est arrivé à fédérer le pays, un jour de 20 juillet 2019. Rien que pour ce bonheur infini, il mérite qu’on lui accorde toute la confiance nécessaire pour d’autres victoires et non des sanctions obsolètes, déterrées à la hâte, pour lui barrer un avenir qu’il veut radieux de notre football.

Voilà pourquoi, en somme, il ne lui appartient pas et il n’appartient pas à la FAF qu’il représente de différer la mise à niveau des statuts. Elle ne doit pas servir de fusible au MJS. C’est à cette institution de prendre cette décision. Ce n’est pas là un appel à la désobéissance, mais un appel
à la protection de notre football, avant qu’il ne soit trop tard.

LE + D’INFOS

DEPUIS LE 29 NOVEMBRE 2019, suite au déplacement des membres de la FIFA, un long et minutieux travail a été conçu sur la base des anciens statuts et de la loi du Sport N° 13 -05 du 23 juillet 2013. Sans la pandémie du Covid – 19, l’Agex de la FAF se serait déroulée en avril 2020 pour mettre en conformité les textes. Donc, bien avant la circulaire du MJS du 8 juin 2020 sur le renouvellement des instances sportives. Il y a lieu de signaler également qu’à chaque étape du processus de révision des statuts avec la FIFA, par respect, la tutelle était associée. Elle était saisie régulièrement pour donner son avis qui restait sans réponse. Etait-ce déjà un choix délibéré ? – BO

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité