Eco/MediaLes InfosMEDIAS

ALG : Des cartouches mouillées contre les réformateurs (AB. Lahouari)

AB. LAHOUARI

Le refus de Zetchi Kheïreddine de postuler à un second mandat est resté au travers de la gorge du résidu des issabistes qui ont mené une campagne sans merci contre lui. Leur objectif était de l’écarter totalement de la famille du football en poussant l’Assemblée générale à ne pas approuver le bilan moral et financier. La gifle que les issabistes ont reçue a été retentissante.

Conscient que l’ex-président de la FAF est intouchable et qu’il a gagné en popularité, le résidu fait la chasse à ceux qui l’ont accompagné efficacement durant son mandat. Loyaux envers l’homme, ils sont investis d’une mission qui dépasse le fondateur de l’Académie d’El Ankaoui et du Paradou : la poursuite et de la protection des réformes garantes du développement de notre football.

Ce n’est donc ni les boules puantes ni les « conseils » abracadabrants, distillés au quotidien au nouveau président, Charaf-Eddine Amara, qui décourageront les partisans du
changement. Dire au locataire de Dely Brahim qu’il devrait faire appel à des « planqués » pour les relations extérieures est une grosse couleuvre. Dire également que la Communication est de son unique ressort est un piège, sinon une demande d’emploi.

Les relations extérieures sont du domaine réservé à tout président de la FAF et au ministère des Affaires étrangères ; quant à la Communication et l’information, elles ne peuvent être qu’entre les mains de spécialistes. Et, il y a lieu de dire, sans risque de se tromper, que l’instance fédérale est bien pourvue. Alors à quand de nouvelles ficelles pour s’amuser et dissiper la morosité. Le temps s’y prête, c’est le printemps.

AB. LAHOUARI

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité