Eco/MediaLes InfosMEDIAS

ALG : Kerbadj et Guellil ont pillé la LFP

YANIS B (IN BOTOLA)

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Sid Ali Khaldi, a réaffirmé à l’occasion du 5 juillet, journée de la fête de l’indépendance nationale, sa détermination à lutter contre toutes les formes de corruption dans le sport. « J’ai érigé la lutte contre la corruption et la moralisation du sport au fronton de mes priorités. En partant d’une conviction que la lutte contre corruption et la moralisation du sport la condition sine qua non pour la promotion du sport », a martelé le jeune ministre, au micro de la Chaine III. Tout en rappelant le principe de la préemption d’innocence, Sid Ali Khaldi est revenu sur ce qui l’a poussé en tant que ministre à saisir la justice dans l’affaire de l’enregistrement audio entre Nassim Saâdaoui (agent de joueur) et Fahd Halfaïa, l’ex-directeur de l’ES Sétif. Un cas parmi d’autre pour bon nombre d’observateurs, et beaucoup s’interrogent sur sa capacité à agir sur d’autres affaires. Selon nos informations, la gestion antérieure (2011-2014), soit le premier mandat de Mahfoud Kerbadj, commis de l’État à la tête de la Ligue de football professionnel (LFP), mérite que le MJS s’y attarde.

Selon nos informations plus de 5 millions de dinars ont été distribués sous forme de jetons de présence aux membres du conseil d’administration. Une rémunération anti-statutaire qui tombe sous le coup de la loi. Au moins deux d’entre eux, Mahfoud Kerbadj (président), Faouzi Guelil (viceprésident et ancien SG) ont mis la main sur 25% de cette somme, le reste étant distribué selon la présence des autres membres. (Rappelons que les membres élus sont des bénévoles et n’ont droit qu’aux indemnités de déplacement). Ainsi, certains membres cumulaient les activités et se faisaient rémunérer en conséquence. A titre d’exemple, nous avons appris que la remise de trophée du meilleur joueur du match pour une rencontre de L1 était rémunérée à hauteur de 15 000 dinars. De quoi se verser un confortable « salaire » puisque l’addition des jetons du Conseil d’administration et l’indemnité, créée pour la remise de trophée du meilleur joueur, cumulaient pour certains à 100 000 DA mensuel ! Des revenus qui ne sont certainement pas loin des récurrentes fausses annonces de départ et de ras-le-bol des anciens tenanciers de la Ligue. Chassés, ils veulent cette fois-ci mettre la main sur le magot de Dely Ibrahim !

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité