Eco/MediaLes InfosMEDIAS

ALG : Il faut sauver la Coupe d’Algérie

AB. LAHOUARI (in BOTOLA)

La prochaine réunion du Bureau fédéral de la FAF, présidée par Zetchi Kheireddine, sera certainement consacrée au football amateur et certainement sur le système du championnat, à la suite de la décision du MJS d’autoriser le coup d’envoi de la saison à partir du 20 décembre avec la période de préparation. Une annonce qui a surpris la FAF et la LNFP qui s’attendaient à être associées pour une meilleure planification de la compétition. Ces deux instances étant mieux à même d’analyser la situation administrative et technique du football amateur.

Toutefois, La FAF tout comme la LNFA, présidée par Ali Malek, chargée de gérer le championnat amateur, ne se sont pas laissés prendre de court. La LNFA compte appliquer la démocratie participative, lors d’une prochaine réunion, et soumettre aux 36 clubs, qui composent les deux groupes (Centre-Est et Centre-Ouest), trois propositions : « le maintien d’un championnat à 34 journées, jouer une phase aller unique sur terrains neutres, ou bien scinder les équipes en quatre groupes avec l’organisation d’un play-off à la fin de la saison», dixit Ali Malek.

La proposition retenue par la majorité des clubs sera discutée par le Bureau fédéral, avec la participation de Ali Malik, et donnera le coup d’envoi officiel de la saison des amateurs en février prochain, toujours selon le MJS. Mais il semble que le système de compétition ne sera pas le seul point débattu. Il y a également le maintien ou pas de la Coupe d’Algérie. Les avis sont partagés et des experts en programmation sont dans la réflexion pour apporter des solutions à un éventuel changement de format de cette traditionnelle compétition très prisée par l’opinion sportive.

La Coupe d’Algérie, comme toutes les Coupes de la planète football, permet aux deux mondes (amateurs et professionnels) de se rencontrer une fois par an. Elle est le ciment de l’unité d’une nation sportive et apporte avec elle son lot de surprise, tout comme elle fait découvrir des clubs et des joueurs des régions les plus reculés du pays. Un vieux dirigeant avait déclaré, un jour, en plein réunion du Bureau fédéral : « Seule une guerre peut empêcher le déroulement de la Coupe ». Notre pays n’est pas en guerre. Il est mobilisé contre une pandémie de la Covid-19. Et rien que pour cela, il faut sauver la Coupe d’Algérie.
AB. LAHOUARI

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité