Eco/MediaECONOMIELes Infos

ALG : Frapper vite, frapper fort loin de toute agitation

AB LAHOUARI (In BOTOLA)

Immédiatement après la diffusion de l’enregistrement, la Fédération Algérienne de Football (FAF) s’est saisie du document sonore relatif à une conversation téléphonique où deux individus échangent sur un éventuel arrangement d’une rencontre de football. Elle est suivie par la Ligue de football professionnel qui suspendait à « titre conservatoire» le directeur général de l’ES Sétif, Halfaia Fahd, cité dans l’audio, alors que le Ministre de la Jeunesse et des Sports, Sid Ali Khaldi, appelait « tous les acteurs du mouvement
sportif à combattre ce genre de fléau et à préserver l’image du sport algérien chez nous et à l’étranger ».

A travers, ces rapides interventions, l’Institution et les structures du football ont précisé qu’il est important d’attendre l’authentification du support. Ainsi, elles démontraient le respect qu’elles portaient au principe de la Loi universelle sur la protection des citoyens qui précise que « Toute personne suspectée ou poursuivie est présumée innocente, tant que sa culpabilité n’a pas été établie. » En d’autres termes, pour faire court : il s’agit de la présomption d’innocence qui touche, aujourd’hui, Halfaïa et l’autre personne. Malheureusement, il existe encore des esprits retors ou aigris (toujours les mêmes) qui d’une manière insidieuse s’en prennent à la FAF et la LFP dans le but de freiner les réformes applicables à partir de la saison prochaine.

Toujours dans la désinformation, allant jusqu’à incriminer la FAF de complicité, sans citer qu’il s’agissait de l’ancienne, celle de Mohamed Raouraoua, ils continuent à alimenter un « journalisme – poubelle », démuni de garde-fous et indigne d’une profession qui perd au fil des jours de sa crédibilité. Pourtant, une enquête est ouverte dans le strict respect des règlements du football algérien, parce que c’est dans ce cadre et à travers ses différents
organes (discipline, éthique, intégrité) et le TAS que sera jugée, en premier, cette regrettable affaire. La sanction sera sportive. Il restera la sanction pénale à travers les plaintes déposées par les clubs comme le CR Belouizdad ou la LFP, si elle considère que cette affaire a porté atteinte à son image et ses compétitions et demande réparation pour le préjudice subi. Bref, frapper vite et frapper loin de toute agitation, c’est le vœu formulé par toute la famille du football pour éradiquer toute forme de corruption.
-AB. LAHOUARI

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité