AlgerieLes Infos

ALG : Faire la guerre à la réussite, c’est faire la guerre à l’Algérie

YANIS B

La réussite du football algérien et ses projets dérangent ! La circulaire du Ministre algérien de la Jeunesse et des Sports, Sid Ali Khaldi qui « interdit tout changement ou modification des statuts, règlements intérieurs, du système de compétition, des codes disciplinaires, procéder aux mouvements des cadres techniques ni réactiver de structures sportives suspendues » donnent lieu à des prises positions diverses. Mais certaines, notamment celles des médias anti-FAF qui ont perdu leurs privilèges sont dans le mensonge grossier. Ainsi, ils annoncent non sans innocence que c’est le président de la FAF qui a demandé au Ministre d’être reçu le lendemain de la réception de la circulaire. Or, c’est l’inverse qui s’est produit.

On croit savoir que le mardi, à la première heure, c’est le ministre qui a invité le président de la FAF à venir dans la matinée au siège du 1er mai. Et pour cause, il y avait panique à bord, devant l’ampleur négatif qu’a pris la circulaire sur les réseaux sociaux. (Cette information est facilement vérifiable). Toutefois, ce que ce sont dit les deux responsables relèvent du secret et tout le reste n’est qu’intox et fake news. Plus encore, l’opinion sportive a clairement pris parti pour la FAF avec le slogan « Faire la guerre à la réussite, c’est faire la guerre à l’Algérie » qui sera certainement pris en compte dans les jours à venir.

A l’évidence, le football algérien, champion d’Afrique et dont le travail de ses dirigeants a été récompensé par une présence massive (7) au sein des Commissions de la CAF ne mérite pas une crise qui pourrait déboucher sur un affrontement du fait de l’inexpérience d’un jeune ministre. Ainsi, le président de l’Observatoire du sport, Mokhtar Boudina, interrogé par la radio nationale n’a pas manqué de relever que la circulaire n’est pas rétroactive et que toutes les décisions prises avant la publication du document sont légales.

Un autre sujet en forme d’interrogation a été largement commenté : La position de l’instance fédérale. Un journal très proche du MJS a annoncé que le président de la FAF avait trois options : La démission ; Recours à la FIFA ; Application de l’instruction du MJS. Or, si la FAF a envoyé un courrier confidentiel expliquant sa position, une quatrième option est plausible, celle d’ignorer la circulaire puisque toutes les décisions ont été prises avec l’accord de l’Assemblée Générale y compris la révision des statuts. Ils ont été amendés sous la supervision des experts de la FIFA qui ont effectué plusieurs séjours à Alger.

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité