Eco/MediaLes InfosMEDIAS

ALG : Des statuts « apolitiques » que l’on cherche à opposer à la loi

AB LAHOUARI

Décidément, il y aura toujours des incorrigibles qui font dans l’opposition permanente relayée à longueur de colonnes par des négateurs qui se distinguent en écrivant « tout et son contraire », donnant le tournis à leurs lecteurs. Ainsi, après avoir oeuvré, sans résultat, pour l’annulation pure et simple des championnats, il a suffi que le président de la Ligue de football professionnel, Abdelkrim Medouar, souligne que le sort du championnat des Ligues 1 et 2 est une prérogative des pouvoirs publics pour qu’ils montent à nouveau au créneau, brandissant, tel un glaive dans l’eau, l’article 5 des statuts de la Fédération de football qui stipule que “la FAF est une association apolitique”.

Soit ! Cet article est clair, mais que dit la loi sur le sport qui dépasse et de loin les statuts des associations ? Les Fédérations n’agissent-elles pas, par délégation ? Qui la donne ? N’est-ce pas le MJS ? Et puis, dans une situation d’urgence que vit notre pays, comme dans tous les pays du monde à cause du Coronavirus, qui doit gérer l’intérêt public ? Une simple Fédération ? A l’évidence, les propos du président de la LFP sont ceux d’un dirigeant responsable : « La décision d’annuler le championnat est une prérogative de l’État algérien ainsi que de la Fédération algérienne de football ». Et on ne peut que le féliciter.

Dommage que Medouar Abdelkrim n’a pas dévoilé, sans être dupe, que cette
opposition médiatique fait diversion. Son objectif est de pousser vers une annulation du championnat au lieu de sa prolongation, pour bloquer une année encore l’instauration du nouveau système de compétition. Le choix approuvé par l’AGO de dix-huit clubs professionnels à partir de la saison prochaine n’arrange guère les affaires de tous ceux qui en ont fait leur rente durant toute une décennie. Et forcément…,

AB LAHOUARI

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité