Eco/MediaLes InfosMEDIAS

ALG : De l’Or pour les braves au ‘’ministère du Bonheur’’ ! (Lafordasse)

Lafordasse (In Botola)

Dans la foulée de la consécration de notre équipe nationale en Coupe Arabe de la FIFA 2021, qui s’est déroulée tout récemment au Qatar, les réactions fusent de partout et chacun y va de ses commentaires, quels que soient son rang et ses ressentis. A ce sujet, deux réactions ont suscité notre intérêt. La première, celle d’un animateur télé, qui a affublé sur un plateau le président de la Fédération algérienne de football de faiseur de miracle ! Et la deuxième, celle d’un journaliste tunisien sur les ondes de la radio nationale Chaîne 1 qui a pris tout le monde au dépourvu, en rendant un vibrant hommage à l’ex-président de la Fédération algérienne de football, Kheïreddine Zetchi, pour avoir réussi le pari de relancer de plus belle les sélections nationales, en recourant à Djamel Belmadi, Champion d’Afrique en 2019, en Égypte, et Madjid Bougherra, Champion Arabe en 2021, au Qatar.

Zetchi qui, faut-il le rappeler, n’a pas eu l’hommage qu’il mérite, ni la gratification des autorités comme l’ont eu Mohamed Raouraoua, reçu en compagnie de la sélection par le défunt président, Abdelaziz Bouteflika, ni Charaf-Eddine Amara, il y a trois jours, par le Président Abdelmadjid Tebboune. Pourtant, le passage de Zetchi à la tête de la FAF a remis le football au centre des débats, en ouvrant tous les dossiers et en faisant face à toutes les problématiques. Il a eu le mérite de recourir à Djamel Belmadi, longtemps pressenti, mais jamais sollicité. Tout comme Bougherra, dont certains doutaient de ses compétences. D’ailleurs, les deux jeunes techniciens ont été critiqués pour leurs choix d’avant les compétitions, durant lesquelles ils ont brillé, la CAN 2019 et l’Arab Cup 2021. Mais une fois consacrés, les vestes se sont vite tournées dans une hypocrisie sans limite. Une hypocrisie dont continue à faire l’objet Zetchi, où aucun mot de gratitude n’a été soufflé à son égard, pourtant l’actuel patron du football algérien est en train de surfer sur ce qui a été réfléchi et conçu par son prédécesseur. Charaf-Eddine a, au moins, l’élégance que n’avait pas Raouraoua, en reconnaissant le travail de Zetchi et ses choix stratégiques pour lesquels il s’est engagé, durant son mandat, à concrétiser à travers un programme ambitieux, mais jamais quantifié.

Et contrairement à Zetchi, qui a fait l’objet d’une sale guerre depuis son élection, en mars 2017, jusqu’à son départ, en avril 2019, Charaf-Eddine est vraiment épargné jusqu’à maintenant, mis à part quelques escarmouches ici et là. Mieux, le grand boss du Groupe Madar jouit d’une cour de courtisans qui lui déroulent à chaque fois le tapis rouge et le décrivent même comme celui qui transforme tout ce qu’il touche en Or ! Alors tant mieux pour notre sport-roi, à condition qu’il ne remette pas en cause ce qu’a mis en place son prédécesseur, non seulement au niveau des sélections, mais également au niveau des projets des académies, de FAF Radar, de la DTN, DCGF et tant d’autres idées porteuses pour l’avenir de ce nouveau …‘’ministère du Bonheur’’ qui fait chavirer à chaque consécration toute une nation, peuple et pouvoirs publics, dans une extase indescriptible. – LA FORDASSE

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité