AlgerieLes Infos

ALG : Belmadi – Charaf-Eddine, l’inquiétante vidéo (Nazim Bessol)

Nazim Bessol

La sélection nationale est arrivée, samedi soir, à Douala, capitale économique du Cameroun, en prévision de la CAN 2021 dont le coup d’envoi a été donné hier (dimanche). Les tenants du titre favoris de la 33e édition ont été reçus avec les honneurs, puisque plusieurs responsables locaux et repré -sentants de la CAF étaient présents à la descente de l’avion. Mais une séquence fil – mée, alors que les membres de la délégation saluaient les officiels, a rapidement fait le tour de la Toile et devenue virale en l’espace de quelques minutes.

On peut, en effet, y voir le sélectionneur national, Djamel Belmadi, saluant du coude ses vis-à-vis, un par un, jusqu’à arriver au niveau du président de la Fédération algérienne de Football (FAF), Charaf-Eddine Amara, oùle patron des Verts n’a pas présenté son coude comme il l’avait fait jusque-là et a regardé ailleurs. Une attitude qui a ouvert la voie à toutes les spéculations. Selon les infor – mations de Botola, recoupées auprès de plusieurs membres de la FAF, ce qui pourrait expliquer l’attitude du sélectionneur serait attribué, selon certains, aux conditions « ca- tastrophiques » du dernier stage des Verts, à Doha, notamment en matière d’absence de liquidités pour la prise en charge d’un certain nombre de besoins de la sélection.

Ainsi, selon plusieurs témoignages, la délégation a quitté Alger sans le sou ! «la délégation est partie sans la régie et sans représentant de la FAF ou de son Bureau, [le président de la FAF est resté à Alger, après avoir été testé positif au Covid-19, NDLR] », nous confie un responsable fédéral qui a requis l’anonymat. Une fois à Doha, où elle était prise en charge par la Fédération Qatari de Football (QFA), selon les conditions de la convention de partenariat, signée en 2020 et renouvelée en 2021 par le nouveau pré – sident, la délégation algérienne devait tout de même s’acquitter des charges annexes non prévues dans la convention et de son rythme de vie quotidien.

Durant la douzaine de jours passés à Doha,plusieurs couacs relatifs au paiement de plusieurs prestations et achats ont été constatés. Mieux, les extras en plus de l’ensemble des dépenses et notamment les tests Covid-19 ont été payés par un étranger dont l’identité n’a pas été révélée. Une ardoise qui s’élève à plusieurs milliers de dollars que la FAF doit rembourser à ce généreux mécène. Une situation qui a fini par irriter le sélectionneur au plus haut point. De là, à refuser de saluer le premier responsable de la FAF ? Une hypothèse qu’on ne peut écarter. Surtout que Charaf-Eddine Amara s’était engagé, dès son installation à la tête de la FAF à offrir les meilleures conditions de préparation à l’équipe.

Il avait déclaré pour dissiper tout malentendu : « Nous avons eu une longue discussion et nous nous sommes entendus pour mettre tous les moyens à la disposition de la sélection nationale afin qu’elle puisse relever tous les défis qui l’attendent», avait déclaré l’ancien président du CR Belouizdad après sa première rencontre avec Djamel Belmadi, à Doha, en avril dernier. Une exigence maintes fois rappelée par les plus hautes autorités du pays. Et pourtant …

 

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité