AlgerieLes Infos

ALG : Balamane, le renouveau du MCA

ABL AVEC LE SITE MCA

Il faut rendre à Cesar dit-on … En ce quatre-vingt- dix- neuvième anniversaire du Mouloudia d’Alger, le temps ne doit pas être à l’oubli. Certains ont voulu s’accaparer d’une tranche de vie de ce prestigieux club, en se donnant le beau rôle durant la décennie 1970- 1980. Une décennie faste, où les Casbaouis ont dominé le football algérien en prenant le relais du Chabab Belouizdad avec un triplé jamais égalé : Coupe – Championnat et Ligue africaine des champions.

On a tendance à ignorer que l’homme qui a été la tête du Mouloudia (1969- 1977) n’est autre que Balamane Baghdadi, dit Ferhat. Un militant nationaliste de la première heure. Un enfant d’El –Aouana (Jijel) qui, très jeune, a habité Belcourt, où il a côtoyé Ali Mahsas et Mohammed Belouizdad avant d’intégrer la Jeunesse de l’UDMA ( JUDMA), puis le FLN en 1955 avec comme compagnon Abale Ramdane et Rabah Bitat. Arrêté, Il connaît les geôles de la puissance coloniale (Serkadji, El Harrach. Lambèse, Angers. ). Durant le cessez-le-feu de mars 1962, on le
retrouve au sein de la zone autonome d’Alger

A l’indépendance de l’Algérie, Il est nommé Maire d’Alger, puis Préfet administrateur du Grand Alger avant de rejoindre le Ministère de l’Intérieur comme Conseiller technique. Il est parallèlement élu au Comité Central du FLN et Secrétaire National de l’Organisation des Moudjahidines. Bref, une vie politique pleine et entière qui ne l’empêchait pas de suivre son équipe de toujours, le Mouloudia d’Alger. Et lorsque ce dernier a connu une crise majeure en 1969, les vieux supporters l’ont sollicité pour donner aux Rouge et Vert cette rigueur et discipline qui leur faisaient défaut. Deux années plus tard, ils remportaient le premier titre national.

Travailleur infatigable et organisateur hors-pair, il apportait au Mouloudia d’Alger son savoir-faire et imposait une politique de jeunes au sein de l’équipe fanion. Ainsi, on voit apparaître, ce que l’on a appelé les « Khabatou boys » du nom du légendaire coach qui a façonné « le prototype du footballeur algérien » avec les Betrouni, Bachi, Zenir, Tahir … On vit alors, un football spectaculaire, très technique, basé sur la vitesse d’exécution et le soutien du plus grand nombre au porteur du ballon. Le Chabab Belouizdad vieillissant avec les Lalmas, Achour, Djemaa, leur transmettait le relais. Le Grand Mouloudia était né. Il allait conquérir l’Afrique pour le bonheur de tous les Algériens.

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité