ARABIE SAOUDITELes InfosMonde Arabe

ALG : A quoi sert l’UAFA et à quoi sert Raouraoua ?

AB. Lahouari

Il est temps de s’interroger sur la présence de la FAF au sein de l’Union Arabe de Football (UAFA) et le rôle de son ex-gestionnaire, Mohamed Raouraoua qui occupe grâce à l’Algérie, le poste de vice-président, alloué au Maghreb. Au cours de son dernier Comité Exécutif, cette institution tolérée par la FIFA et financée par l’Arabie Saoudite a désigné les présidents des cinq commissions et la cinquantaine de membres. Et surprise ! Aucun algérien n’y figure alors que des Marocains, Egyptiens, Tunisiens, Libyens … ont été choisis et sont en bonne place. Sur quelle base ? On ne le saura pas ! Tout comme on ne saura pas les raisons de l’absence de dirigeants qataris.

En revanche, l’on constate que l’homme d’affaires, Mohamed Raouraoua s’est royalement servi, comme d’habitude, pour bénéficier, comme d’habitude, des indemnités royales et de quelques privilèges des Chouyoukh. Il s’est installé dans deux commissions (Commercial et organisation) et ne s’est pas empêché de faire fuiter l’information pour s’en faire une gloriole. Ce sidérant scénario n’a pas échappé à la FAF présidée par Zetchi Kheïreddine. Elle a protesté par courrier auprès de l’UAFA, à ce qui s’apparente ni plus ni moins qu’à une exclusion des dirigeants algériens dont on ne peut que vanter leur compétence et leur expérience susceptibles d’apporter leur aide au développement du football arabe. Devant une telle situation, il est clair que le problème de la représentativité nationale se pose avec acuité. Du travail pour la place du 1er mai.

AB. LAHOUARI

LE + D’INFO

Lors de la cérémonie des CAF -Awards, au Caire, l’exgestionnaire de la FAF, Mohamed Raouraoua a quitté la salle au moment où les nominés algériens recevaient leurs trophées. Une manière de montrer toute sa rancune envers les dirigeants actuels du football algérien.

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité