Eco/MediaLes InfosMEDIAS

ALG : 80 millions de loyer par mois pour Bougherra (Nazim Bessol)

NAZIM BESSOL

C’est la République qui régale. On connaissait la villa de l’ancien président de la Ligue de football professionnel (LFP), Abdelkrim Medouar, au Club des Pins, dont le loyer est toujours pris en charge par l’instance qu’il présidait à plus de 140 000 DA par mois (14 millions de centimes). Tout comme, l’ardoise qui gonfle à vue d’oeil (près de 3 milliards)à l’hôtel Olympic de Dely Ibrahim, où logent les différentes sélections autres que la A et les membres du BF… On savait que l’un d’entre eux, Bachir Mansouri, s’est quasiment installé à Alger, depuis l’élection du nouveau BF, dans ce même hôtel avant d’opter pour un hébergement moins onéreux après les révélations en exclusivité de Botola. Et on vient d’apprendre que pour loger le sélectionneur des A’, Madjid Bougherra, et son staff sur les hauteurs d’Alger, la Fédération algérienne de football (FAF) s’est montrée très généreuses. Elle a accepté de débourser 800 000 DA (80 millions de centimes) par mois pour l’hébergement de son coach .

Une demeure, grand luxe, digne d’une ambassade avec trois suites et une piscine, dont le loyer est entièrement pris en charge par la Fédération algérienne de football (FAF), a été mise à leur disposition, malgré la crise de trésorerie qui secoue toujours l’instance, l’obligeant de contracter un prêt auprès de la Ligue Régionale de football d’Oran (LRFO) pour prendre en charge les frais de fonctionnement de l’académie de la FAF à Sidi Bel-Abbès. Les 80 millions de centimes mensuels font grincer des dents, notamment celles du président de la Commission des finances de la FAF, Rachid Oukali, qui a bloqué plusieurs dépenses validées par le président Charaf-Eddine Amara (comme révélé par Botola). Rien qu’en hébergement, le staff de la sélection A’ coûte la bagatelle de près de 10 millions de dinars (960 millions de centimes) hors frais de notaire !

Une somme qu’il faut multiplier par trois, puisque l’actuel staff a pour objectif de mener la sélection A’ à bon port lors du CHAN 2023 que le pays accueille. Entre les pratiques, pour ne pas dire les dérives, de notre football et les arguments que peuvent avancer certains ici et là pour justifier cet excès de « bling-bling », il y a aussi un juste milieu. Certes, un sélectionneur national a droit à tous les égards, mais débourser 80 millions de centimes tous les mois pour l’hébergement pose un sérieux problème et demeure moralement inacceptable, surtout dans la conjoncture actuelle. Faut-il évoquer le cas de Djamel Belmadi, le sélectionneur de l’équipe première, qui, lui, loge à Sidi Moussa, pour mieux comprendre qu’un peu de bon sens ne nuirait certainement à personne ?

NAZIM BESSOL

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité