AfriqueCAFLes Infos

AFR : La CAF défie le CPI pour Ngaissona toujours au Comex

Yanis B

Une « bande d’incapables » des mots certes très durs de feu Pape Diouf à l’endroit des responsables de la Confédération Africaine de Football, mais qui sonnent comme une éternelle piqûre de rappel. Sinon comment expliquer que le nom du Centrafricain, Patrice Edouard Ngaissona, figure encore aujourd’hui sur la liste des membres du Comité exécutif de la CAF, sur son site de l’instance ? Patrice- Edouard Ngaïssona (53 ans) ancien chef de milice anti-balaka a été extradé par la France à la Haye où il est poursuivi par la Cour Pénal Internationale. Il est accusé par les services de la Procureure Fatou Bensouda de meurtres, viols, actes de torture, mutilations, destruction de biens et de bâtiments religieux, attaques contre des civils et enrôlement d’enfants soldats. Des faits que la Procureure souhaite qualifier en « crime de guerre » et de « crime contre l’humanité ». Ancien président de la Fédération centrafricaine de football, Patrice Edouard Ngaissona, a écopé de 6 ans et 8 mois d’interdiction de toute activité liée au football par la FIFA, après son arrestation. Le maintien de Amaju Melvin Pinnick en tant que 1er vice-président et de Constant Omari comme son second, sur le site de la CAF apparaît pour le coup secondaire ! La communication de la CAF, un fond de commerce  gérée par le Franco-algérien Hedi Hamel et de son copain l’Ivoirien Ouattara est bien médiocre et pourtant, ils sont bien payés.

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité