Eco/MediaLes InfosMEDIAS

AFR : La CAF à genoux !

Nazim Bessol

Le rapport d’audit du cabinet Price waterhouse Coopers (PWC) dont une partie des conclusions a fuité, confirme sans équivoque, les multiples révélations du bihebdomadaire algérien BOTOLA. Par Nazim Bessol

L’audit commandé par la déléguée Générale de la FIFA en Afrique, Fatma Samoura, sur la gestion financière et administrative de la Confédération Africaine de Football (CAF), est clos. Annoncé pour le mois de novembre dernier par le gestionnaire de la CAF, Ahmad, le document de 55 pages a fuité au lendemain du refus des membres du Comité exécutif de la CAF, de renouveler le mandat de six mois à la Secrétaire Générale de la FIFA. Selon le New York Times, qui a eu accès aux conclusions de l’audit, ce dernier « suggère que des dizaines de millions de dollars avaient été détournées. ». Une affirmation qui ne laisse aucune place au doute comme ont souvent tenté de le faire les responsables de la CAF incriminés, Ahmad Ahmad à leur tête.

Les fonds d’aide de la FIFA dilapidés

Les contrôleurs du cabinet PWC, les mêmes qui certifient les comptes de la FIFA ont « constaté des problèmes dans tous les domaines, notamment en ce qui concerne la distribution de millions de dollars de fonds de développement du football envoyés à l’organisme de football africain par la FIFA. » indique le quotidien américain. Ils pointent aussi des paiements pour des cadeaux et « dans au moins un cas, pour l’organisation des funérailles. » précisent-ils. Un constat que les contrôleurs de PWC qualifient comme autant d’« éléments potentiels de mauvaise gestion et d’abus de pouvoir potentiels ont été découverts dans des domaines clés des finances et des opérations de la CAF. » concluent-ils. Des conclusions qui visent directement, le gestionnaire de la CAF, Ahmad, Ahmad en tant que premier responsable, son Secrétaire Générale Mouad Hajji, statutairement trésorier de la CAF en charge de la préparation du rapport financier et enfin Faouzi Lekjaa en tant que président de la commission des finances.

24 millions de dollars décaissés

Le trésorier du royaume du Maroc, endosse une entière responsabilité, dans la mesure où il fait office du technicien à la maîtrise parfaite. Ainsi, toujours selon les contrôleurs de PWC, repris par le New York Times : « environ 24 millions de dollars de ce montant [51M$ des fonds versés par la FIFA à la CAF – ndlr] ont été décaissés par des responsables africains du football. En examinant 40 paiements totalisant 10 millions de dollars, les vérificateurs ont constaté que seulement cinq des paiements, totalisant 1,6 million de dollars, disposaient de documents suffisants pour confirmer à quoi l’argent serait dépensé. Les autres manquaient d’informations qui, dans certains cas, ne permettaient pas d’identifier les bénéficiaires des fonds. » écrit le quotidien US.

« Ajustements manuels »

Encore plus grave, les auditeurs de PWC expliquent dans leur rapport qu’ils n’ont pas été en mesure de procéder à toutes les vérifications nécessaires et ont éprouvé de nombreuses difficultés à recouper et à procéder à certaines vérifications. Ainsi, ils écrivent n’avoir pas pu aller au bout de plusieurs investigations car les « dossiers ne sont pas fiables en raison de plusieurs ajustements manuels ». Ce qui confirme les informations publiées par Botola, au mois de juillet dernier autour du système d’archivage et d’immatriculation des documents et correspondances officiels de la CAF, Zfile. « Ce système permettait d’enregistrer et retrouver tous les écrits de la CAF, notamment dans le cas où un document est égaré ou endommagé par erreur. Son utilisation aurait permis à Fatma Samoura, de gagner énormément de temps pour l’audit qu’elle compte mener à partir du mois d’août prochain. Il est fort à parier qu’elle va demander sa réactivation dans les conclusions qu’elle devra fournir à la CAF », nous indiquait au mois de juillet dernier, un ancien responsable de la CAF. Une prédiction qui s’est avérée juste puisque les auditeurs de PWC ont aussi relevé ce point.

Paiements suspects

Autre point d’interrogation pour les contrôleurs de PWC, le dossier Tactical Steel, révélé en exclusivité par BOTOLA au mois de mars 2019, avec documents à l’appui. A l’époque des faits, BOTOLA, avait remonté au total près de 3,5M$. Sur cette question, le rapport d’audit évoque des transactions financières « très suspectes » entre la CAF et l’entreprise française Tactical Steel, via des comptes dans le Golfe. Des transactions qui « peuvent potentiellement indiquer un arrangement de pots-de-vin entre les parties impliquées ou un cas d’évasion fiscale par le biais de paiements offshore. » soulignent les auditeurs dans leur rapport. Rappelons que l’enquête diligentée en France autour de la société Tactical Steel, dont le patron n’est autre que Romuald Seillier, ami de longue date de Loïc Gérand, assistant personnel de Ahmad Ahmad et qui a valu au trois d’être interpellés et entendus par la police française au mois de juin dernier, est toujours en cours.

La FIFA prête à sévir

La justice française n’est pas la seule à enquêter, puisque plusieurs dossiers sont pendants au niveau du comité d’éthique de la FIFA, depuis plusieurs mois déjà. Interrogé sur la question en marge du 83e Congrès de l’Association internationale de la presse Sportive AIPS, Gianni Infantino, le président la FIFA, tout en rappelant l’indépendance du Comité d’éthique n’a pas mâché ses mots : « Nous avons eu de graves problèmes en Afrique et cela doit changer », a précisé le président de la FIFA. Et partant, Il a suggéré de changer la manière dont la CAF fait « du business » et de l’emmener à respecter « les éléments de base de la bonne gouvernance.» Des suggestions qui prennent la tournure de menaces directes, puisque Gianni Infantino n’a pas hésité à brandir le carton jaune aux responsables de la CAF, devant les caméras du monde entier. « J’espère que la CAF a réalisé que je vais être sévère contre la corruption », a lancé l’Italo-suisse en forme de conclusion. Quelques jours plus tard, le rapport confidentiel de PWC a été consulté par plusieurs personnes dont des journalistes. Faut-il y voir une simple coïncidence ou le début d’un processus de « liquidation » de l’actuel top management de la CAF ? les jours, voire les semaines à venir nous le diront.

NAZIM BESSOL

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité