Eco/MediaLes InfosMEDIAS

ACNOA : Le fact-checking met à nu les délirantes provocations de Berraf

AB. Lahouari

Depuis qu’il sent que son fauteuil de président du COA se dérobe sous ses pieds, Mustapha Berraf, le cumulard et ex-député RND est dans le délire permanent. Relayé par les médias des coalisés allergiques à tout changement, il n’hésite pas à parler de complot contre sa personne et balance sur tous ceux qui appellent à plus de transparence dans sa gestion dictatoriale de l’olympisme. Il joue à la victime alors que la seule et vraie raison réside dans le fait que « les autorités supérieures » se sont enfin intéressées à sa gestion. Elles ont pris, comme il se doit, les mesures nécessaires pour un meilleur contrôle humain (Jeux Méditerranéens d’Oran) et financier (les voyages à l’étranger) adoptées par le ministère des finances et celui de la Jeunesse et des Sports.

Des prérogatives que le porteur de la double casquette s’est accaparé, au fil des années, pour asseoir son autorité, notamment en distribuant la médaille du mérite olympique aux copains et aux coquins et à des individus qui croupissent en prison pour corruption. Et cela sans aucun respect pour la charte olympique. Il a sans scrupule tenter de bloquer la création de l’Association des fédérations sportives olympiques qui se présente comme une force de réflexion et de proposition que le COA n’est pas parvenu à être. Il a usé et abusé de l’exclusion en s’appuyant sur un statut fait sur mesure qui le rend indétrônable. Aujourd’hui, le résultat est catastrophique et le COA est plus que jamais divisé.

Mais ce n’est pas tout. Dans son rôle de président de l’ACNOA et … du COA, Mustapha Berraf fait le pied de nez à l’Union Africaine, à l’Algérie et au CIO en cautionnant la politique expansionniste du Maroc, au Sahara occidental. Lors de la cérémonie des Jeux africains de Rabat, alors que la délégation algérienne avant quitté la tribune officielle, il est resté droit dans ses bottes pour cautionner l’hymne à la marche verte « Nidae Al Hassan » (Ndlr- à la gloire de l’occupation marocaine des territoires sahraouis). Et cette fois-ci, il reste muet pour ce qui est de l’organisation de la CAN de Futsal à Laayoune alors qu’il avait retrouvé son sifflet pour balancer contre la fédération algérienne d’escrime, au CIO au profit d’Israël. Bref, Berraf fait partie de ces planqués au sein des instances internationales qui ont oublié, ce que le pays a fait pour eux.

AB. LAHOUARI

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité