AlgerieLes Infos

ALG : Les partisans avant tout de l’Algérie nouvelle (Lafordasse)

LAFORDASSE

La mise en scène était tellement flagrante et criarde ! Le ministre de la Jeunesse et des Sports a désigné, sans les nommer, «ashab el massalih adheyeka» (les partisans des intérêts étroits). Évidemment, ceux qui suivent l’actualité ont compris qu’il s’agissait de l’ancien président de la Fédération algérienne de football, Kheïreddine Zetchi, et sa soi-disant ‘’Issaba’’ qui, au passage, ne la nomme pas également. Là aussi, tout le monde aura deviné qu’il s’agit de ceux qui rappelaient les courriers menaçants de la FIFA, qui souhaitaient l’amendement des statuts en leur temps, et non pas après les élections. Aujourd’hui, si certains crient victoire, il y a lieu de préciser que l’instance internationale n’a pas donné son feu vert, parce qu’elle n’a pas encore amendé les statuts, lesquels n’ont pas encore été adoptés par l’Assemblée générale de la FAF. Donc patience !

En réponse à cette gesticulation médiatique (notre photo, à gauche Zetchi, à droite Khaldi) qui n’a de sens que pour celui qui détient le pouvoir du moment, il y a cet ego envers un président d’une fédération qui a décidé de son propre chef de ne pas briguer un second mandat. Or, comment peut-on incriminer ces partisans des intérêts étroits qui détiennent un bilan historique. Ils ont ramené une Coupe d’Afrique à l’Algérie après trois décennies d’un long et vaste désert. Ils ont bâti et laissé une sélection nationale stable, et toujours conquérante avec un record d’Afrique d’invincibilité et en marche d’en battre d’autres. Ils ont créé des académies pour la formation de jeunes et futurs footballeurs (res) de talent, qu’aujourd’hui la FIFA appuie sur le double plan, technique et financier.

Comment ne pas reconnaître à ces partisans des intérêts étroits la qualification de la sélection des U17 à la CAN et ont décroché l’organisation de deux compétitions continentales la même année, en 2023, soit le CHAN et la CAN U17. Ils se sont attaqués à un professionnalisme qui se morfond depuis 10 ans en mettant en place la DNCG qui, en l’espace de deux ans, a réalisé un travail titanesque avant que ne réapparaisse des personnages aux réputations surfaites, à l’image de Mohamed Mecherara, pour reprendre ce qu’ils ont été incapables de mener à bien lorsqu’ils étaient associés à ce même projet de professionnalisation du football. Ils ont relancé de plus belle la Direction technique et les différentes sélections qui jouissent depuis d’un réel intérêt et de perspectives. Ils ont semé la démocratie participative au sein de la famille du football, contrecarrant le despotisme, l’incompétence ou le copinage qui régnaient en maître durant deux décennies.

Ces partisans des intérêts étroits se sont attaqués à tous les chantiers réglementaires, en lançant la révision des statuts et des textes des différentes structures de la Fédération et ses démembrements. Ils ont réussi la prouesse, avec une équipe de jeunes techniciens algériens, de transformer un terrain en synthétique en terrain en gazon de haut de gamme à Sidi Moussa, sur lequel les Verts ont répété leurs … gammes avant d’aller taper la Mauritanie, le Mali et la Tunisie chez elle. Ils ont rénové l’hôtel des Fennecs qui sera probablement prêt pour les mois prochains et organisé un symposium dont les recommandations sont toujours d’actualité, parmi elles certaines sont en application dont la révision du système pyramidal de compétition que certains veulent, aujourd’hui, remettre en cause par rancune et vengeance.

Enfin, ces partisans des intérêts étroits ont mis en place une structure dédiée à l’intégrité et une autre à la prospection de jeunes talents au sein de notre immigration à l’étranger avec une ribambelle de joueurs venus instinctivement renforcer les rangs de nos jeunes sélections. Ils ont donné du plaisir au peuple et fait sortir des millions d’Algériens dans la rue. Et tout cela en QUATRE ANS. L’Histoire avec un grand H du football algérien les retiendra. Ils ont annoncé l’aube du changement. Vient le jour ! Les partisans des intérêts étroits reviendront, parce que ce sont les partisans des intérêts, avant tout, de l’Algérie. Et cette dernière ne peut-être ingrate. Elle sera reconnaissante envers ceux qui l’ont servie avec dévouement sans contrepartie. Ils reviendront parce qu’ils ont semé et montré la voie à suivre.

LA FORDASSE

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité