AlgerieLes Infos

ALG : Le corner de Belaïli a ressuscité «Tchingo » dans l’Oranie

AB. LAHOUARI (IN BOTOLA)

Séance nostalgie ! Dans les cafés oranais, il n’y a que pour le corner-but réalisé par l’enfant de la ville, Youcef Belaïli qui a donné la victoire à l’équipe nationale contre le Botswana (1-0) à Gaborone pour le compte des éliminatoires de la CAN 2021. Une occasion pour les nostalgiques de la balle ronde de rappeler que la capitale de l’Oranie et sa glorieuse équipe, l’USMO possédait dans ses rangs, le meilleur tireur de corner de toute l’Afrique du Nord durant les années 1950 : Boudjelal Benaouda dit Tchingo. Il était Monsieur Corner et l’inventeur du fameux foulard. (Un geste technique réalisé en pleine course en croisant les jambes). L’ancêtre de Salah Assad et son « Ghoraf »

Ses corners très attendus étaient accompagnés du fameux « Dirah ! Dirah » (mettre le ballon dans les filets) par les supporters de l’équipe qui jouait la majeure partie de ses matchs, à guichets fermés au stade Monreal (aujourd’hui Bouakel). A tous ceux qui lui demandaient le secret de sa réussite, Tchingo expliquait que tout dépendait en grande partie du vent, de la position du gardien et de … mon adresse, le jour du match. « Si le gardien est au premier poteau, je brosse le ballon au second sinon je fais l’inverse. Maintenant s’il est au centre, je n’ai d’autre choix que de chercher à poser le ballon sur la tête d’un de mes coéquipiers, notamment Moussa dit Lafordasse qui le transformait dans bien des cas en but ». Youssef Belaïli le savait-il, en tirant le corner de Gaborone ?

Bien sûr, bien d’autres attaquants se sont distingués dans cet exercice. Il y a eu le Koubéen Boualem Amirouehe, le Mascaréen Lakhdar Belloumi et bien d’autres encore mais aucun d’entre eux ne perturbait les gardiens de but et les défenses comme Tchingo. Pour les techniciens, ces joueurs avaient une maîtrise technique bien au-dessus de la moyenne et une précision diabolique. Comme tous les grands attaquants algériens, Youcef Belaïli les possède. Ses réalisations sur corner ou autres sont la marque d’un surdoué qui n’a pas échappé à son coach Djamel Belmadi. Il lui a rendu un bel hommage à la fin du match: «Youcef Belaïli, nous a habitués à ce genre d’actions fulgurantes. Il est capable de faire de grandes choses. Il n’y a pas de surprise pour moi, c’est juste apprécier.» Les connaisseurs apprécieront également, pas les charlatans.

AB. LAHOUARI

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité