Eco/MediaLes InfosMEDIAS

CAN U-23 : Supersport ne diffuse pas à cause du conflit CAF – Lagardere

ABL

Les conséquences de la décision de la CAF de résilier son contrat avec Lagardère Sports auront un impact immédiat sur la capacité des fans de football africains à regarder des matchs à la télévision.

SuperSport, le producteur panafricain de chaînes de télévision payante basé en Afrique du Sud – mais opérant dans toute l’Afrique subsaharienne – a, dans une note interne adressée à son personnel, enjoint à ses employés de ne diffuser aucun match organisé par les CAF, à compter du vendredi 8 novembre. Dans une circulaire interne envoyée au personnel de SuperSport depuis les bureaux de la société à Randberg à Johannesburg, SuperSport a déclaré : « Veuillez noter qu’en raison d’une impasse juridique entre la CAF et Lagardere [Sports] – SuperSport ne diffusera aucune rencontre de football de la CAF avec effet immédiat. Cela concerne la CAN U-23 en Egypte à partir d’aujourd’hui [vendredi], ainsi que les qualifications de la CAN 2021 à partir de mercredi prochain. Veuillez retirer immédiatement tout le matériel promotionnel associé, ainsi que le matériel publicitaire. »

SuperSport, qui a signé un contrat de télévision d’un montant de 130 millions de dollars avec CAF via Lagardere Sports, est le premier partenaire de diffusion de l’organisation africaine de football sur le continent. Seul le contrat de 400 millions de dollars signé par CAF avec BEIN Sport, la chaîne de télévision payante basée au Qatar, dépasse celui de SuperSport. Pour la CAF, les conséquences à long terme pourraient être sismiques, car non seulement elle perdra des revenus provenant de la vente de droits de télévision, mais elle aura également un impact sur la capacité de la confédération à offrir de la valeur à ses sponsors. SuperSport a réduit ses frais de droits de télévision de manière agressive depuis des mois et l’accord avec les FAC représente un investissement important pour le diffuseur.

Le différend avec Lagardere et la probabilité que ni CAF, ni Lagardere ne soient disposés à garantir les termes du contrat en vigueur, donnent au diffuseur un moyen détourné de s’extraire de l’accord et de le renégocier. La préoccupation pour la CAF est qu’il n’ya pas de rival régional évident pour SuperSport qui remporterait les contrats de télévision à la même valeur et que SuperSport ne paierait pas la même valeur lors d’une renégociation – en supposant qu’on puisse les persuader de choisir l’ensemble des droits. Encore.

BeIN Sport ayant déjà averti les radiodiffuseurs qu’elle ne considérait plus ses acquisitions télévisées comme exclusives (en raison du piratage de signaux par beoutQ basé en Arabie saoudite) et que cela se refléterait dans les prix qu’ils sont prêts à payer pour les droits de droits, la CAF pourrait envisagent de perdre jusqu’à 260 millions de dollars en revenus de leur malheureux différend Lagardère. Alors que la FIFA jouait un grand rôle pour les droits de télévision qualifiants des Coupes du Monde de football de la CAF 2022 et 2026 et atteignait son objectif de les regrouper en une seule fonction de vente, son implication commerciale dans la région, via le contrôle des activités centrales de la CAF, déstabilise ce qui existe déjà. Un marché commercial perturbé. – Source : insideworldfootball

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité