Eco/MediaLes InfosMEDIAS

AFR : Le vice de l’ingratitude, l’apanage des médiocres

AB. Lahouari (IN BOTOLA)

« Pourquoi voudrais-je 10 Ferrari, 20 montres en diamants, ou 2 avions ? Que feront ces objets pour moi et pour le monde ? J’ai eu faim, et j’ai dû travailler sur le terrain; j’ai survécu aux guerres, joué au football pieds nus, je n’avais pas d’éducation et beaucoup d’autres choses, mais aujourd’hui avec ce que je gagne grâce au football, je peux aider mon peuple. J’ai construit des écoles, un stade, nous fournissons des vêtements, des chaussures, de la nourriture pour les personnes qui sont dans une extrême pauvreté. En outre, je donne 70 euros par mois à toutes les personnes d’une région très pauvre du Sénégal; ce qui contribue à l’économie familiale. Je n’ai pas besoin d’afficher des voitures de luxe, des maisons de luxe, des voyages et encore moins d’avions. Je préfère que les miens reçoivent un peu de ce que la vie m’a donné. »

Ces propos de l’international Sénégalais Sadio Mané ont touché des millions
de personnes à travers le monde. Ils montrent qu’il y a des sportifs qui n’oublient pas d’où ils viennent. Un athlète de haut niveau au Maghreb participe chaque année à la circoncision des enfants nécessiteux de toute une région avec 100 moutons. Et, notre équipe nationale, championne d’Afrique a cotisé en Egypte pour améliorer le quotidien d’une malade algérienne qui se trouvait dans un hôpital au Caire … Malheureusement, il existe des sportifs à qui leurs pays ont tout donné et qui continuent à en redemander. L’un d’eux, dans son mysticisme pense qu’au contraire, l’Algérie lui est redevable. La détentrice de nos bijoux de famille lui a même octroyé un salaire mirobolant à la fin de sa carrière et l’Etat lui a offert entre autres de multiples cadeaux dont une station-service que seuls les anciens moudjahine y ont droit. Il l’a même envoyé aux Etats-Unis avec une bourse de deux années pour préparer sa carrière…

De telles personnes ne méritent pas de faire partie du Mouvement sportif national et encore moins de la reconnaissance du peuple algérien. On en retrouve hélas dans d’autres secteurs. Ils jouent aujourd’hui par des discours incohérents et provocateurs aux Issabistes après s’être goinfrés et assuré leurs arrières. Ils cherchent par tous les moyens à manipuler notre équipe nationale de football et son sélectionneur Djamel Belmadi, pour récupérer leurs privilèges perdus à tout jamais. Il n’y a rien de pire que le vice de l’ingratitude, l’apanage des médiocres.
AB. LAHOUARI

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité