AfriqueCAFLes Infos

CAF : Un problème structurel qui dépasse Ahmad

BESSOL NAZIM

L’arrivée de Ahmad Ahmad à la tête de la CAF a suscité beaucoup d’espoirs et autant d’attentes de changement. Mais celui qui a été un bon candidat a vite fait de démontrer ses limites et son incompétence à gérer une instance aussi importante que la CAF. L’appel au secours à la « maison mère » en est la meilleure preuve. La batterie de mesures et de réformes annoncées et mise en branle sans études préalables ont plongé la maison dans un cycle de déficit structurel et un premier bilan négatif depuis son existence (17,7M$). Mais la crise ne touche pas uniquement les finances de la CAF, elle touche également son administration.
Il faut se rappeler qu’avant d’être intronisé secrétaire général de la CAF, Mouad Hajji, occupait durant plusieurs mois le poste de coordinateur général de l’administration, une création anti- statutaire d’Ahmad Ahmad. La nomination d’un secrétaire général adjoint a été confiée au Comité exécutif de la CAF, alors que traditionnellement c’était le patron de l’administration qui désignait son second. Un poste dont le rôle n’est nullement défini et encore moins délimité par les statuts. Où commence sa compétence et jusqu’où va-t-elle ? Mieux encore, l’administration peut-elle se substituer aux différentes commissions et au Comex de la CAF ? En théorie non mais dans la pratique les choses n’apparaissent pas aussi claires
BN

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité