AfriqueC1Les Infos

LDC : Génération Foot, de retour au Sénégal sans jouer !

Bessol Nazim

Un nouveau scandale se profile-t-il à la Cité du 6 octobre (siège de la CAF) du Caire ? Les premiers éléments semblent l’affirmer. La formation Sénégalaise, Génération Foot, qui devait affronter les Zamalek, au stade international du Caire, dimanche 28 septembre, en 1/16e de finale retour de la Ligue des champions, a décidé de quitter le pays des Pharaons avant le coup d’envoi. Vainqueur (2-1) au match aller à Thiès, les sénégalais ont tout simplement refusé de cautionner le fait accompli, imposé par la Confédération africaine de Football, qui vient une nouvelle fois de s’illustrer en matière de non-respect de ses propres statuts et règlements. En effet, la veille de la rencontre, le Secrétaire Général Adjoint de la CAF, Anthony Baffoe, a fait savoir par courrier aux représentants sénégalais que : « Nous nous référons à la lettre reçue de la part de la Fédération Egyptienne de Football le 25 Septembre 2019 concernant le changement des détails du match 72 de la Ligue des Champions de la CAF : Zamalek SC vs. Génération Foot, pour être joué le 29 Septembre à 20:00 au stade Borg El Arab à Alexandrie pour des raisons de sécurité. » Un changement tardif de date et de lieu que les sénégalais ont tout bonnement refusé. Ainsi, l’équipe a maintenu son programme et s’est même rendu au stade international du Caire à l’heure prévue pour l’entrainement et constater que les portes du complexe étaient closes.

ZAMALEK A VOULU COUVRIR LES FRAIS

Même si dans sa lettre Anthony Baffou a pris le soin de préciser qu’il appartient au Zamalek « …de couvrir tous les frais d’hébergement de l’équipe Génération Foot liés à ce changement », aux yeux des visiteurs il ne s’agit ni plus ni moins que d’une changement tardif de programmation. «Génération Foot a répondu présent le jour du match. On s’est fait assister par un avocat qui a fait le constat. Maintenant, ce sera à la CAF de donner un verdict», explique le directeur de la communication de la formation sénégalaise, Talla Fall, dans des propos rapportés par Sénéweb. «On a remporté la première manche à Thiès et on n’a pas refusé de jouer ce match retour. On s’en est juste tenu à la convocation officielle de la CAF.» Ainsi, la Direction de Génération Foot, ne reconnait pas la lettre signée du secrétaire général adjoint de la CAF, Anthony Baffoe «La lettre d’Anthony Baffoe pour nous, elle ne sert pas de convocation officielle, parce que ce n’est pas lui qui a l’autorité de pouvoir changer les dates et les programmations des matchs», précise Fall. «Donc se sentant peut-être dans la mélasse, il a fait appel à son supérieur hiérarchique qui est le vice-président chargé des cellules de compétitions. Et, ce monsieur nous a appelés pour essayer de négocier au moins cette affaire-là, parce que sentant que ça sentait le roussi. Ils sont même venus nous rejoindre au stade, avec un dirigeant du Zamalek et un responsable de la fédération égyptienne, ce qu’ils n’avaient jamais fait jusqu’à présent. Ils ont vu qu’on était dans nos droits, on avait une convocation officielle de la CAF, ce n’était pas une lettre d’information qui devait nous faire changer quoi que ce soit par rapport à la délocalisation de ce match», poursuit-il.

PROUVER L’IMPREVISIBILTE

Une défense qui tient la route. Le règlement de la compétition fixe le délai de changement de programmation à dix jours, comme le précise l’article 5 al 10 du règlement des compétitions inter-club de la CAF « Le lieu, le jour (vendredi, samedi ou dimanche) ainsi que l’heure du coup d’envoi du match sont fixés par la fédération hôte qui en informera le secrétariat général de la CAF, l’équipe adverse, les arbitres et le commissaire, au moins dix (10) jours avant le match. Après cette notification, ni l’heure du coup d’envoi, ni le jour du match, ni le lieu du match ne peuvent être changés sauf accord écrit entre les deux équipes et communiqué à la CAF. Au cas où cette disposition n’est pas respectée, le pays hôte sera dans l’obligation de jouer le dimanche sauf si l’équipe visiteuse accepte de jouer antérieurement. Le non-respect de cette mesure entraînera une amende de deux mille (2000) dollars US», précise la réglementation. Les mêmes règlements n’admettent ce changement qu’en cas de « force majeur », ainsi si la CAF décide de sanctionner Génération Foot, il faudrait qu’elle prouve l’imprévisibilité, l’irrésistibilité et extériorité, les trois critères communément admis en droit pour la force majeur. Autre souci pour l’instance d’Ahmad Ahmad, la prochaine CAN U23 en l’Egypte (8 au 23 novembre), si la question sécuritaire s’invite dans les débat, il faudra alors trouver un point de chute (très à l’est certainement) pour cette CAN !

NAZIM BESSOL

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité