Eco/MediaLes InfosMEDIAS

ALG : Les sociétés nationales, propriétaires des clubs ?

AB. LAHOUARI

Une information qui paraît anodine reflète l’état d’esprit des actionnaires à la suite de l’annonce du ministre algérien de la Jeunesse et des Sports, Raouf Bernaoui concernant la prise en charge des clubs professionnels par des sociétés nationales. Ceux du Mouloudia d’Oran ont refait surface après de longues éclipses et de multiples «complots» pour retrouver une union de façade. Informés (par qui ? et comment?) que la société Manal, une entreprise spécialisée dans l’exploitation des minerais serait pressentie et flairant la bonne affaire, ils ont décidé de se mettre en ordre de marche avant de se mettre au garde à vous devant la gamelle.

Or, quelle est la situation financière de ce club et de bien d’autres ? Majoritairement, ils sont globalement en faillite et doivent déposer leur bilan. Dans un tel contexte, quel a été le rôle de ces actionnaires qui n’ont jamais voulu ouvrir le capital ? Ils ont tout simplement regardé avec des jumelles, l’Etat jouer aux pompiers, tout en manipulant les médias. Aujourd’hui, ils voient à travers l’annonce du ministre de la Jeunesse et des Sports, une nouvelle occasion de renflouer les caisses du club et surtout … de se (re) sucrer au passage. Il n’y a pas d’abus à dire que certains ont déjà préparé des « documents » justifiant des prêts. Dans le passé récent, ils
ont réussi à obtenir gain de cause avec la complicité de quelques véreux.

Il est venu le temps des réformes où l’Etat ne doit plus distribuer l’argent des contribuables dans des clubs moribonds. Le professionnalisme à la sauce Raouraoua, Mecherara, Hadadj, Kerbadj et compagnie a vécu. En d’autres termes, il n’est plus question de poursuivre l’aventure du football professionnel en injectant encore plus d’argent, sans aucun contrôle et renforcer une économie sportive basée sur l’informel. La participation des sociétés nationales est de changer la donne. Elles doivent être les propriétaires et non les
sponsors des clubs, quitte à les dissoudre et à les faire renaître avec les mêmes sigles témoins de leur glorieuse histoire.
AB. LAHOUARI

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité