AfriqueCAFLes Infos

CAF : Danny Jordaan nie être une taupe d’Ahmad

Red - ABL

Nommé 3e vice-président de la CAF (un poste anti-statutaire) créé en 2017 pour donner le titre de VP au Marocain, Fawzi Lekdjaâ (promu la semaine dernière 2e Vice-président), le Sudafricain Danny Jordaan a été désigné comme le principal «informateur» des tractations qui se déroulaient au Marriott Zamalek du Caire et qui devaient faire chuter le président de la CAF. Des accusations que le vieux militant de l’ANC réfute énergiquement. «Je viens d’un mouvement de libération. Une des choses qui n’est pas permise dans un mouvement de libération, ce sont les informateurs, que nous appelons ‘impimpi’ en Afrique du Sud. C’est odieux, dégoûtant, et c’est une négation de mes mérites», a hurlé le Sud-africain, avant
de poursuivre : «Je suis le seul sur le continent africain à avoir organisé une Coupe du monde, qui a été élu meilleure Coupe du Monde à ce jour. Pourquoi dois-je le faire maintenant ? J’ai disputé de nombreuses positions que je n’ai pas remportées. Pourquoi ne suis-je pas allé avec Issa [Hayatou] à l’époque ou à Ahmad plus tôt pour leur raconter des histoires ? Non ! Ce n’est pas moi», précise Jordaan. Mais selon nos informations, Jordaan devait hériter du siège de Amaju Pinnick, l’ex-premier vice-président de Ahmad, un siège offert par le Malgache au grand manoeuvrier Constant Omari, en violation de toutes les règles de l’équilibre régional et linguistique. Mais, c’est au tout dernier moment alors qu’il se dirigeait vers la salle pour annoncer son mini-remaniement qu’Ahmad a reçu un message et a décidé de nommer Constant Omari, souligne un de ses proches.

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité