AfriqueCAFLes Infos

FIFA – CAF : La lettre incendiaire de Musa Bility (Exclusif)

Le Comité d’éthique de la FIFA, cet organe indépendant agit-il sur demande ? C’est ce que laisse croire le membre du Comité exécutif de la CAF et ancien candidat à la présidence de la FIFA, le Libérien Mussa Bility. L’un des six opposants à Issa Hayartou et un des soutiens du Malgache Ahmad à la présidence de lima CAF, continue à tenir son rôle de trublion. Seul contestataire de la dernière réunion du Comex CAF, en présence de Gianni Infantino, le président de la FIFA, présent au Caire , le lIbérien a dit non au projet tout comme d’ailleurs l’ensemble des Confédérations continentales.

Au lendemain de sa saisine du TAS Lausanne pour faire annuler la motion qui fait de Fatma Samoura la SG de la FIFA, la femme forte de la CAF pour une durée de six mois, la sentence est tombée : Musa Bility a été suspendu 10 ans de toute activité liée au football et 500 000 Francs suisse d’amende par le comité d’éthique de la FIFA pour « faits de corruption ». Musa Bility a décidé de contre attaquer. Voici la lettre adressée par Musa Bility à la FIFA et à la CAF que footafrique publie dans son integralité.

Le mardi 23 juillet 2019 et par l’intermédiaire de mon équipe juridique, j’ai engagé une procédure devant le Tribunal arbitral du sport à Lausanne – Suisse. L’objet principal de cette action est de contester la décision de la CAF d’imposer la SG de la FIFA Fatma Samoura en tant que «déléguée générale» auprès
de la CAF pour un mandat renouvelable de 6 mois, une décision prise de manière illégale et vicieuse.

Il s’agit aussi de comprendre comment cette décision et d’autres décisions sont arrivées devant l’Assemblée générale de la CAF et du Comité exécutif de la CAF, en présence de
la FIFA.

Aujourd’hui, mercredi 24 juillet 2019, la Commission d’éthique de la FIFA m’a informé de sa décision de m’interdire toutes les activités de football pour une période
de 10 ans, en plus d’une lourde amende de 500 000 CHF pour détournement de fonds présumés au cours de mon mandat de Président de la FA du Liberia.

J’ai également demandé à mon équipe juridique d’examiner rapidement cette question afin de contester cette décision du Comité d’éthique par toutes les voies légales.

Beaucoup (y compris moi) sommes désorientés par la convergence des deux événements, et la rapidité de la riposte dans un tel contexte et ma prise de position personnelle et mes
déclarations contre certaines propositions et décisions.

Nous continuons tous à être confus par les méthodes de la Commission d’éthique et l’usage qui est fait de cette dernière désormais utilisée comme une nouvelle arme. Dans un passé récent nous avons vécu violation des plus sinistres des dispositions du code éthique et qui ont connu un traitement
partial.

J’en veux pour exemple : A partir du même « trésor » de preuves obtenues lors de l’enquête contre Bin Hamman, certaines des personnes attrapées en infraction ont immédiatement été sanctionnées, mais étonnamment, d›autres qui sont clairement coupables et dont les affaires sont devant le même Comité d’éthique, et sur la base des mêmes preuves, restent indemnes et ne trouvent pas d’entraves à se hisser au sommet des responsabilités de football.

Il est évidemment très important que la FIFA installe son SG Fatma Samoura à la tête de la CAF et quiconque est perçu comme étant en désaccord avec cette intention sera radié avec
des charges extrêmes.

La plupart d’entre vous savent que le nom de mon pays, Liberia, signifie «pays des esclaves affranchis». Nos ancêtres sont revenus avec des histoires d’horreur sur leur captivité, le plus inquiétant est que tout esclave qui « semblait trop intelligent » serait sommairement stérilisé.

Plus récemment en RD Congo, quand il a semblé à certaines puissances occidentales occidentales que Patrice Lumumba serait à contre-courant de leurs intérêts, ils ont organisé sa torture et assassinat. C’est exactement la même scène qui est rejouée ici, en 2019, où le maître des marionnettes travaille ses marionnettes de la maison de verre de Zurich.

Pourquoi est-il si important pour la FIFA d’imposer Fatma Samoura à la tête de la CAF ?

La FIFA a besoin d’une arme automatique chargée de votes qu’elle puisse rapidement et facilement déployer. La CAF reste la confédération avec le plus grand nombre de votes pouvant être facilement groupés dans la direction souhaitée par la FIFA.

Certaines des décisions pour lesquelles de tels votes sont nécessaires sont (par exemple) la récente tentative de la FIFA de créer de nouvelles compétitions mondiales (malgré
l’opposition des membres influents de l’UEFA) et de les
vendre ainsi que les archives historiques de la FIFA à consortiums.

Le plan semble être le suivant : «Si nous ne pouvons pas les raisonner, nous les voterons plus tôt que prévu. Congrès de la FIFA »…

Dans cette démarche et en échange de ces votes, la FIFA est assez heureuse de balayer les accusations de vol et de blanchiment d’argent, de harcèlement sexuel et d’infractions
caractérisées des statuts de la CAF et de les mettre sous le tapis.

J’ai bien l’intention de continuer ce combat pour l’âme du football africain, il y a maintenant une masse critique (bien que silencieuse) des présidents des associations africaines de
football qui partagent le même sentiment. À l’heure actuelle, l’air intimidant et vindicatif au sein de la CAF est accablant et sent la puanteur qui colle à tout le monde et partout.

Permettez-moi de réitérer mon engagement à m’exonérer de ces accusations fallacieuses et poursuivre la procédure judiciaire que j’ai entamée au niveau du TAS Lausanne,
conformément à sa logique.

MUSA HASSAN BILITY
Membre du Comité éxécutif de la CAF

Articles similaires

Fermer