AfriqueCAFLes Infos

CAF : Ahmad joue les temps morts pour Lekjaa

Red - AB. Lahouari

au secours de La Fédération royale marocaine de football a trouvé une porte de sortie. Elle a dans un communiqué démenti : « Toutes les fausses informations faisant état d’une suspension, mardi 9 juillet 2019, du président de la FRMF, M.Fouzi Lekjaa par la Commission de discipline de la Confédération africaine de football (CAF) en rapport avec la finale retour de la Coupe de la CAF entre Zamalek d’Egypte et la Renaissance Sportive de Berkane (RSB). A rappeler que la Commission de discipline de la CAF tiendra une réunion consacrée à ce sujet en présence de M.Lekjaa lors des prochains jours. ». Or, il faut également le rappeler: il s’agit d’une plainte avec vidéo à l’appui, de la Fédération éthiopienne, à la suite d’une agression perpétrée par le troisième vice-président de l’instance continentale contre l’arbitre du match. Une faute considérée comme lourde par le code disciplinaire de la CAF.

Selon des indiscrétions émanant de la CAF, le jury disciplinaire s’est déjà prononcé, mais il s’est désisté devant la pression du président, le Malgache Ahmad qui a demandé la révision de la sentence. Informés, des membres du Comex ont montré leur désaccord. Un compromis aurait été trouvé et un autre jury disciplinaire sera désigné après la réunion du Comex et de l’AG afin de permettre à Fouzi Lekjaa d’y participer. Parallèlement, des transactions sont en cours pour que la Fédération éthiopienne retire sa pleine car en coulisses la FIFA tire les ficelle . Elle ne veut surtout pas de vague. Pour cela, elle ne manque pas d’arguments notamment financiers.

Dans un tel climat de suspicion et d’intrigue, il est clair que le bateau de la CAF est en train de sombrer. Des matches qui ne se terminent pas (Ligue des champions), Un Jury bousculé et incapable d’imposer ses décisions, un président toujours poursuivi par le Parquet financier de Paris … Tant d’incompétences nuisent à la bonne marche du football de notre continent. Pourtant, les solutions existent. Que l’AG nomme elle-même un comité provisoire de six personnes représentant chacune des zones de la CAF qui désignera un président parmi ces six membres pour une période de six mois. Ainsi, elle remettra de l’ordre au sein de la CAF et organisera de nouvelles élections. Le piège de la FIFA sera évité et Fatima Samoura ne sera pas
un Ahmad bis.

AB. Lahouari

Articles similaires

Fermer