CAN 2019Les InfosMondial/CAN

CAFGATE : Des réquisitions lancées par les enquêteurs (exclusif)

Red - Nazim Bessol ( BOTOLA)

Arrêté le 7 juin dernier puis relâché après plus de 12heures d’interrogatoire, dans le cadre d’une enquête lancée par les policiers de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclif), le gestionnaire de la CAF, Ahmad Ahmad, n’est toujours pas sorti d’affaire contrairement à ce qu’il affirme. De lourds soupçons pèsent sur lui bien qu’il bénéficie de la présomption d’innocence. Il a été entendu pour des faits de corruption (active et passive), association de malfaiteurs et blanchiment d’argent. Selon des sources policières, les enquêteurs poursuivent toujours leurs investigations loin des feux de la rampe. L’audition des principaux protagonistes de l’affaire Tactical Steel : Romuald Seillier (administrateur), de Ahmad Ahmad et de son homme à tout faire Loïc Gérand, permet aujourd’hui aux policiers de saisir le parquet pour demander des réquisitions. « L’affaire ne s’est jamais arrêtée, mais elle s’accélère actuellement. Les enquêteurs disposent d’assez d’éléments pour saisir le parquet et demander des réquisitions, ce qui devrait leur permettre d’avoir notamment accès aux comptes de l’entreprise en question et savoir où est parti l’argent. » précise notre interlocuteur.
Il ne s’agit-là, que d’une première étape, puisque les enquêteurs ont fini par défaire le montage -pas très complexe- mis en place par Romuald Seillier et ses amis pour se faire payer aux Emirats arabes unis sur les comptes de l’entreprise ES Pro Consulting Ltd, domiciliée dans une zone franche du petit Emirat de Ajman Free Zone. Ainsi, la CAF doit encore verser plus de 700 000,00$ à cette entreprise pour les frais de livraison de 30 000 ballons commandés et destinés au 54 associations membres. Ce qui fait dire à notre interlocuteur : « Pour la partie française de l’enquête, les choses avancent bien, en ce qui concerne le second volet, les choses vont se faire selon les accords existants entre la France et les pays concernés ». L’Egypte figure en bonne place puisqu’elle accueille le siège de la CAF, tout comme les Emirats arabes unis où est domiciliée ES Pro Consulting Ltd. D’autres pays comme la Suisse seront sollicités pour faciliter le travail des enquêteurs. L’étau se resserre autour d’Ahmad Ahmad et Fatma Samoura dont l’arrivée à la CAF en tant que déléguée générale (si elle est votée) risque de prendre du service plutôt que prévu.

Nazim Bessol (In BOTOLA)

Articles similaires

Fermer