AfriqueCAFLes Infos

Corruption : Katumbi exige de la CAF une enquête transparente

Red - ABL

Dans un courriel adressé au Secrétaire Général de la Confédération Africaine de Football ((dont le bi hebdomaire algérien BOTOLA détient une copie), l’avocat conseil de Moise Katumbi dénonce « le caractère absurde et mensonger des allégations » qu’un des dirigeants congolais aurait corrompu le gardien Zimbabwéen pour laisser la RDC marquer les quatre buts du match de dimanche dernier contre le Zimbabwe. L’avocat conseil de Katumbi demande que la CAF confirme publiquement qu’aucune enquête interne n’a été ouverte à l’encontre de Monsieur Katumbi. Voici le texte intégral.

« Le 3 juillet 2019, un article était publié par le journal malgache La Gazette de la Grande Ile intitulé « CAN 2019 : Gros risque de disqualification pour l’adversaire des Barea ». Au vu du contenu dudit article, et à titre liminaire, force est de constater qu’il s’agit d’un récit romancé totalement partial et non d’un travail d’ordre journalistique.
En effet, l’article porte des accusations graves à l’encontre de Monsieur Katumbi tout en employant systématiquement le conditionnel (c’est-à-dire sans la moindre preuve) alors que le journaliste malgache parait surtout espérer que sa Nation puisse jouer – suite à des accusations sans fondement – le Zimbabwe plutôt que la RDC en 8ème de final (voir même être directement qualifié pour l’étape suivante).

Cet article est rédigé comme suit : « Malgré leur pari fou gagné de se qualifier pour les huitièmes de finale de la CAN en Egypte, cela après leur victoire écrasante, 4-0, face au Zimbabwe dimanche dernier, les Léopards de la République Démocratique du Congo (RDC), futurs adversaires des Barea de Madagascar en huitièmes de finale de la CAN ce dimanche à Alexandrie, courent un gros risque de disqualification.

En effet, à en croire une source de «alh sports le Caire» hier, un des dirigeants congolais aurait (le conditionnel est de rigueur) corrompu le gardien Zimbabwéen pour laisser la RDC marquer les quatre buts du match de dimanche dernier contre le Zimbabwe. Ce dirigeant serait (le conditionnel est de rigueur) Moïse Katumbi le milliardaire Congolais du TP Mazembe qui aurait été aperçu non loin de l’hôtel des zimbabweens la veille du match RDC – Zimbabwe.

Toujours d’après cette source, un transfert de fonds d’une importante somme d’argent dans le compte bancaire du gardien zimbwabeen aurait été dénoncé par la banque Égyptienne Al Feik banq ou le joueur aurait effectué le transfert. Dès la révélation de cette affaire hier matin, la Caf, selon une source digne de foi, aurait été saisie. Une enquête d’urgence fut ouverte depuis hier matin. Si cela est avéré, la RDC risque une suspension d’au moins trois ans (3 ans) de la CAN et une lourde amende. Une suspension qui pourrait faire l’affaire des Barea de Madagascar ce dimanche. En effet, en cas de suspension, ce seraient les Zimbabwéens qui affronteront
Madagascar en huitièmes de finale de la CAN.

Une équipe de Zimbabwe qui n’est pas la foudre de guerre mais très prenable avec ses deux défaites, 0-1, face à l’Egypte en match d’ouverture de la CAN le 21 juin dernier, le carton, 0-4 contre la RDC le 30 juin et un match nul, 1-1, contre l’Ouganda le 26 juin dernier. Pour l’instant croisons les bras et attendons le résultat de l’enquête d’urgence de la CAF. Une enquête d’urgence s’il a eu bien lieu, espérons, aboutira à de bonnes nouvelles pour les Barea et non pas de « Fake news » pour Madagascar ».

Les allégations susmentionnées ont ensuite été reprises dans l’ensemble de la presse continentale – laquelle ne prenant même plus la peine d’utiliser le conditionnel – sans réaction aucune de la CAF. Monsieur Katumbi dénonce formellement ces accusations mensongères.

Monsieur Katumbi souhaiterait d’ailleurs souligner qu’à la date des prétendus faits, il avait déjà quitté l’Egypte et était donc dans l’impossibilité physique d’approcher un quelconque joueur. Son passeport le confirme, une copie de celui-ci est jointe en annexe. Ainsi, Monsieur Katumbi est arrivé en Egypte la veille du match d’ouverture en qualité d’invité (lors de ce match) de la CAF à la fois en tant que membre de la Commission d’organisation de la CAN et Président du TP Mazembe, top cinq des clubs africains.

Juste après ce match d’ouverture, Monsieur Katumbi a décidé d’assister au premier match de la RDC contre l’Ouganda. Immédiatement après ce match, Monsieru Katumbi a quitté l’Egypte pour rentrer à Bruxelles. Même avec les joueurs de la RDC, Monsieur Katumbi n’a pas eu le moindre contact.

Un tel exposé démontre à nouveau le caractère absurde et mensonger des allégations. De telles accusations à l’égard d’un homme dont la probité a toujours été louée sur le continent est diffamatoire et porte gravement atteinte à l’honneur et à la réputation de Monsieur Katumbi.

Par conséquent, mon client requiert que la CAF confirme publiquement qu’aucune enquête interne n’a été ouverte à l’encontre de Monsieur Katumbi.

De plus, Monsieur Katumbi requiert que la CAF agisse promptement afin de sanctionner les affiliés ou autres membres derrière cette diffamation. Ici, mon client souhaite qu’une enquête soit faite de façon totalement transparente.

Enfin, je vous informe que des actions pénales pour diffamation seront déposées à l’encontre de toute personne ayant contribué à la diffusion de ces informations mensongères. De manière certaine, les journalistes ainsi que les éditions ayant colportés ces mensonges seront cités devant les Cours et Tribunaux compétents dans le but de laver l’honneur et la réputation sans faille de mon client.
A ce sujet, une copie du présent courrier est d’ores et déjà adressée audit journal malgache. »

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité