Eco/MediaLes InfosMEDIAS

CAN : Au pays des pyramides, c’est tolérance zéro

RED - AB. Lahouari

Trois supporters algériens ont été renvoyés chez eux par les autorités égyptiennes pour avoir enfreint les règles qui régissent non seulement le comportement du public dans un stade, mais également celle de la société des organisateurs de la CAN 2019. Bien avant le coup d’envoi du match face aux «Harambee stars», la police avait procédé à l’arrestation d’un supporter qui brandissait une pancarte à caractère politique dans laquelle on peut lire : « Etat civil et pas Etat militaire ». Il aura appris à ses dépens que le Hirak algérien ne s’exporte pas dans certains pays arabes qui ont leurs propres spécificités. Quand aux deux autres supporters, ils ont été interpellés en plein match pour avoir utilisé des fumigènes. La rapidité avec laquelle nos diplomates ont réagi, leur a permis d’échapper à la justice et donc soit à une peine de prison, soit à une forte amende. Dans la foulée, la CAF a infligé à la Fédération algérienne de football une forte sanction financière en plus d’un sérieux avertissement.

Pourquoi en arriver à une telle situation alors que les nouvelles directions de la FAF et la LFP n’avaient de cesse depuis deux ans de faire de la prévention concernant la présence de fumigènes et de banderoles politiques ? Faut-il se demander si ce n’est de la provocation comme ce fut le cas de ces banderoles qui ont suivi l’équipe nationale durant ses matchs en Portugal et en Autriche où les instigateurs ont cherché à la déstabiliser tout comme la FAF ? A défaut de réponses, il y a lieu de gérer ce qui risque de porter un énorme préjudice au football national, au cas où les supporters algériens récidivent durant cette CAN. Il sera question de huis clos pour l’EN lors de ses prochaines rencontres en Algérie. Devant ce risque, on ne peut que féliciter cette prise de conscience de supporters qui ont entamé une campagne de sensibilisation pour éviter des incidents qui ont conduit au renvoi de trois d’entre eux. Ils ont déjà donné un tout autre visage du football national en nettoyant les tribunes à la fin du match contre le Kenya, au stade du 30 juin du Caire.

– AB. LAHOUARI

 

Articles similaires

Fermer