Eco/MediaLes InfosMEDIAS

CAF : Les tribulations d’un « empereur» mégalomane zimbabwéen

Red - AB. LAHOUARI

Dans un communiqué bluffant rendu public, un dénommé Philip Chiyangwa de nationalité zimbabwéène, un mégalomane controversé qui se présente comme politicien, businessman et administrateur en football, déclare avoir tenu une réunion qu’il a qualifié d’urgence avec le président de la CAF, le Malgache Ahmad, le premier vice-président, le Nigérian Amaju Pinnick, le membre du Comex et président de Zone, le Sénégalais Senghor et enfin le Tchadien membre du Comex, Djibril.

Ce Philip Chyangwa, très proche du président de la CAF, Ahmad s’est auto-proclamé  « Le président de la Révolution du football africain (créé pour éliminer Issa Hayatou) et le président du CCN (Cosafa, Cecafa et le Nord (31 membres). Et il a précisé, non sans gêne que « c’était une réunion que j’avais appelée en tant que responsable suprême du changement dans le football africain et qui assumait également les fonctions de gestionnaire de campagne pour la plupart des membres de CAF Exco.» Dont celle naturellement du Malgache.

Plus encore, ce Philip Chyangwa qui a fait toute sa fortune sous l’ère de l’ex-Président du Zimbabwe, Mugabe, se donne le beau rôle dans la destitution de l’ex-président de la CAF, Issa Hayatou (alors que c’est la Fédération égyptienne qui était derrière son départ). Il dit avoir rassembler «dans cette quête, tous les membres de la zone et de l’exco ont promis de travailler pour l’unité et le développement du jeu avec le plus grand respect et avec le plus grand soutien pour le président Ahmad. Qu’il y ait un centre de pouvoir, à savoir le président  de la CAF Ahmad. » Sic et resic.

Enfin, ce Philip Chyangwa dans son délire ne s’arrête pas là. Le « Sauveur suprême » qui n’a certainement pas consulté son sorcier annonce : « Une réunion de suivi sera convoquée pour renforcer les idéaux de la révolution du football, tels qu’énoncés au début du conflit. Nous espérons que l’équipe dirigée par le président Ahmad verra la trajectoire de développement se développer pour permettre la croissance dans toutes les zones dans le cadre des programmes d’assistance de la FIFA».

A l’évidence, il appartient au président de la FIFA, Gianni Infantino d’apprécier la teneur du communiqué qui se veut une mise en garde contre toute intervention pour éliminer le président de la CAF. Il appréciera également le silence fait autour de cette réunion par la CAF sur son site officiel. Parfois, il vaut mieux en rire même si comme le dit si bien le poète : « Le rire est une chose trop sérieuse pour ne pas plaisanter avec.»

AB. LAHOUARI

LE + D’INFOS

Le mot conflit dans le communiqué de ce Philip Chyangwa surprend. C’est à croire que l’Assemblée générale de la CAF qui se tiendra en Egypte durant la CAN risque de diviser la famille du football africain dont la majorité est déçue par les casseroles que traînent le président Ahmad et certains membres du Comex dont le premier vice-président, le Nigérian Pinnick Amaju. Bien entendu, Philip Chyangwa a le statut de VVIP lors de la CAN. – BO

 

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité