AfriqueCAFLes Infos

Exclusif : Ahmad entendu sous le régime de « la garde à vue libre »

Envoyé spécial à Paris, Nazim Bessol

Interpellé hier matin par les enquêteurs de l’Office centrale de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclif), le président Ahmad Ahmad, a été interrogé durant plus de 12h. Un interrogatoire sous le régime de la garde à vue libre et non pas en qualité de témoin comme l’avait annoncé le soir même, Constant Omari, 2evice-président de la CAF et membre du Conseil de la FIFA, lors de la réunion des présidents de fédérations africaine. En effet, selon plusieurs sources proches de l’enquête, la « garde à vue libre » est une nouvelle « formule » ou les individus qui bénéficient bien évidement de la présomption d’innocence, sont entendus par les enquêteurs sans être mis en cellule ni entravé. « Il s’agit ni plus ni moins d’une garde à vue, le président de la CAF n’a pas été entendu en tant que témoin, mais sous la garde à vue libre. Il est certes reçu dans un cadre beaucoup plus agréable en plein 8earrondissement de Paris, avec machine à café et des sièges confortable mais cela reste une garde à vue. Il peut donc est être inculpé à n’importe quel moment si les éléments de l’enquête, toujours en cours, le permettent » nous précise un officier de la Police qui a requis l’anonymat. Une affirmation qui expliquerait que le patron du football africain soit interdit de quitter le sol français.

Tags

Articles similaires

Fermer