Eco/MediaMEDIAS

UAPS : Un comité de sauvegarde en conclave à Beyrouth

Red- ABL

Le comité de sauvegarde de l’Union des journalistes sportifs arabe (UAPS) a animé vendredi à Beyrouth, une conférence de presse organisée afin d’annoncer le lancement de ses travaux et réclamer le strict respect des statuts. Les représentants de 11 associations des médias sportifs arabes (Liban, Jordanie, Tunisie, (Algérie AJSA), Syrie, Yémen, Oman, Qatar, Lybie toutes affiliée à l’Association Internationale de la presse sportive (AIPS) ainsi que la délégation du réseau des journalistes sportifs Pour Moritanins et l’Association marocaine des athlètes journalistes en qualité d’observateur, ont convenu d’un plan de sortie de crise après la dernière Assemblée Générale de l’UAPS, à Amane ou plusieurs violations des statuts ont été constatées. Présidé par le jordanien Amjad Majali, le comité de sauvegarde a insisté sur la nécessité « d’un retour à la légalité à travers la stricte application et le respect des statuts de l’association ». Après une longue présentation des griefs -documents à l’appui-constatés lors de la dernière assemblée générale à Amane, Amjad Majali a exp^liqué que le comité souhaite remettre l’association sur le droit chemin et que le comité avait le «  le souffle long et ne doute pas de ses capacité à atteindre les objectifs qu’il s’est fixé afin d’œuvrer dans l’intérêt des collègues des médias arabes ». Des objectifs portés par le document présenté par la délégation syrienne qui réaffirme : « Le maintien de l’Union arabe de la presse sportive et de son siège permanent à Amman, la capitale jordanienne, a refusé toute solution de rechange. Le Comité de sauvetage n’est pas un substitut de l’Union, mais est un comité qui travaille pour corriger le cours des travaux de l’Union.

Réitère la nécessité d’étudier et de discuter et de mettre en place des structures régissant le travail de l’Union à travers les articles et les points contenus dans les statuts de l’Union où il est nécessaire de réévaluer beaucoup d’entre eux conformément aux visions et aux exigences de la réalité changeante et d’assurer un travail commun et transparent. » Le comité de sauvegarde se donne six mois pour organiser une Assemblée Générale extraordinaire. Une volonté réitérée par le délégué algérien, membre du Comex AIPS Afrique, Nazim Bessol : « Nous devons œuvrer à tout mettre en place afin que ce qui s’est passé à Amman, ne puisse se reproduire dans le futur. Nous ne pouvons accepter et cautionner que des points essentiels des statuts de l’Union arabe puisse être piétinés de la sorte. Nous avons saisi à plusieurs reprise le président de l’instance pour lui demander des clarifications et des explications, mais malhreusement nos correspondances n’ont jamais fait l’objet d’une réponse. Aujourd’hui l’occasion s’offre à nous pour corriger un certain nombre de chose, il est indispensable de le faire » conclue-t-il.

 

Fermer