Qatar 2022

CM 2022 : Infantino sur une poudrière

Red - AB

Le projet du président de la FIFA, Gianni Infantino, d’étendre à 48 équipes le Mondial-2022 de football au Qatar risque d’aggraver les tensions diplomatiques dans le Golfe, estiment des analystes. Car le Qatar, initialement choisi pour accueillir une compétition à 32 équipes, ne peut structurellement pas organiser une compétition au format élargi. Des matches supplémentaires pourraient donc être organisés au Koweït et à Oman, deux pays qui se sont tenus à l’écart de la crise du Golfe qui a éclaté en 2017 entre l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte d’un côté et le Qatar de l’autre. “Il y a un risque très réel qu’un élargissement de la Coupe du monde au Koweït et à Oman rende ces deux pays vulnérables à la même sorte de pression régionale à laquelle le Qatar fait face depuis 2017”, estime Kristian Coates Ulrichsen, chercheur à l’Université RiceLe projet de la FIFA de partager la Coupe du monde renforcera le sentiment que le Golfe s’est divisé en deux blocs concurrents de trois pays (Qatar-Koweït,Oman face à Arabie saoudite, Emirats, Bahreïn). La solution, la meilleure serait de reporter le projet de la FIFA d’autant que le Mondial 2022 se jouera en décembre.

 

Fermer