Qatar 2022

CM 2022 : Infantino sur une poudrière

Red - AB

Le projet du président de la FIFA, Gianni Infantino, d’étendre à 48 équipes le Mondial-2022 de football au Qatar risque d’aggraver les tensions diplomatiques dans le Golfe, estiment des analystes. Car le Qatar, initialement choisi pour accueillir une compétition à 32 équipes, ne peut structurellement pas organiser une compétition au format élargi. Des matches supplémentaires pourraient donc être organisés au Koweït et à Oman, deux pays qui se sont tenus à l’écart de la crise du Golfe qui a éclaté en 2017 entre l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte d’un côté et le Qatar de l’autre. “Il y a un risque très réel qu’un élargissement de la Coupe du monde au Koweït et à Oman rende ces deux pays vulnérables à la même sorte de pression régionale à laquelle le Qatar fait face depuis 2017”, estime Kristian Coates Ulrichsen, chercheur à l’Université RiceLe projet de la FIFA de partager la Coupe du monde renforcera le sentiment que le Golfe s’est divisé en deux blocs concurrents de trois pays (Qatar-Koweït,Oman face à Arabie saoudite, Emirats, Bahreïn). La solution, la meilleure serait de reporter le projet de la FIFA d’autant que le Mondial 2022 se jouera en décembre.

 

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité