Algerie

ALG : Les braillards du dernier quart d’heure

Les braillards du dernier quart d’heure La lettre que l’ex-ministre de la Jeunesseet des Sports, El Hadi Ould Ali a adressée au président de la Commission électorale de la FAF de mars 2017 a permis aux braillards du dernier quart d’heure et aux adeptes de Madame Soleil de sortir leurs cartouches mouillées pour tenter d’abattre la FAF. Comme toujours, ils menacent et font du pied à la FIFA pour qu’elle intervienne dans les affaires du football national, oubliant par là même, que l’instance internationale n’a pas besoin de pseudo lanceurs d’alerte pour prendre les décisions qui s’imposent. Ces braillards, relayés par des médias coalisés qui ont perdu leurs privilèges, avec l’arrivée d’une jeune direction avec à sa tête, une compétence nationale, Zetchi Kheïreddinne, ont été bien muets, durant deux décennies. Aujourd’hui, ils se la jouent amnésiques et font diversion. Ils tentent de faire oublier de la mémoire collective de notre football que Raouraoua Mohamed (leur champion de la lutte des places, FIFA, CAF, UNAF… ) a non seulement transgressé tous les statuts mais il a également confectionné celui de la FAF à sa mesure. C’est grave et c’est un manque de courage que de ne pas assumer un héritage basé sur la corruption après en avoir été ses complices.

Depuis deux ans, la nouvelle FAF a remis le football national au centre des débats. Ses membres fréquentent les stades et non les salons. Ils ont une saine vision du football qui a formidablement bien progressé à l’image du Paradou. Les statuts des ligues ont été mis en conformité (Tiens ! Tiens !), les différentes équipes nationales ont retrouvé des couleurs et Sidi Moussa ne désemplit pas. Les Académies et centres de formation fleurissent et les premiers bourgeons sont pour bientôt. Sur le plan international, la FAF est prise en exemple … Et tout ça, peut se résumer en une seule phrase de Zetchi Kheïreddine : « La formation, rien que la formation pour notre jeunesse ! voilà mon programme.» Il l’a répété lors de sa brillante intervention, samedi, sur la Chaîne TV nationale, aux braillards du dernier quart d’heure. Ils ont bien profité de la décennie noire et du sang versé.

AB. LAHOUARI (In BOTOLA)

Articles similaires

Fermer