AfriqueCAF

CAF : Le règne de l’autoritarisme doit cesser !

AB.Lahouari

Le COSAFA (Le Conseil des Associations de Football en Afrique Australe) qui regroupe quatorze fédérations dont l’Afrique du Sud et le Zimbabwe est partie en guerre contre le président Malgache de la CAF, Ahmad. Il lui reproche de n’avoir pas tenu ses engagements et d’avoir remis « les clés de la CAF, au vice-président, le marocain Faouzi Lekjaa et à la partie francophone qui a joué un rôle bien minime dans son élection à la tête du gouvernement du football du continent.» On se souvient qu’à l’exception du sud africain Danny Jordaan qui joue cavalier seul au sein de l’instance africaine, le COSAFA et notamment le Zimbabwe ont contribué pour beaucoup dans le départ du Camerounais Issa Hayatou.

Une violente campagne de presse est entamée dans cette région et Ahmad risque d’être malmené lors du Conseil Exécutif, en avril prochain qui doit se dérouler au Caire et de l’assemblée générale ordinaire en marge de la phase finale de la CAN. Certains membres vont exiger des explications à la suite du dossier publié en exclusivité par BOTOLA notamment pour ce qui est des droits télévisuels et le rôle des intermédiaires au cours des transactions. La FIFA, très discrète sur ce sujet pourrait également mettre son grain de sel. Il est sûr toutefois qu’à deux ans des élections, Ahmad se doit de revoir sa stratégie de gestion humaine et économique. Il a été élu pour apporter des changements radicaux et non pour perpétuer le règne de l’autoritarisme et de la division au sein du football de notre continent. S’il a oublié, il joue perdant.

AB. Lahouari

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité