Uncategorized

AFR : L’intrigant silence de l’USMH

Bien plus que le doute instauré par le joueur harrachi Billal Naïli contrôlé positif par le laboratoire antidopage de Lausanne (Suisse), accrédité par l’Agence mondiale antidopage (AMA) qui a confirmé la présence de produits interdits dans ses urines, il y a cet intrigant et troublant silence des dirigeants du club. Ils sont pourtant accusés à demi-mots par le joueur pour une «usurpation d’identité». Or, un simple communiqué de la direction favorable ou non à Billal Naïli aurait mis fin à cette affaire qui pollue l’atmosphère du football national.

Auditionné par la Commission, Billal Naïli en a profité, au niveau des médias, pour dénoncer les failles de l’opération de contrôle sans pour autant y apporter les preuves. Son intention étant de gagner la bataille de communication en direction de l’opinion sportive. Ses arguments ont trouvé, un large écho. Il maîtrise très bien son sujet et il est bien  conseillé. Une telle attitude ne semble pas dérouter outre mesure, le président de la commission anti-dopage au niveau de commission médicale de la FAF, Djamel Eddine Damardji qui est resté droit dans ses bottes.

Pour lui « il est impossible que les échantillons d’urine ne soient pas de ce joueur ». Toutefois, le docteur a tendu une perche à l’incriminé en lui suggérant d’adresser un recours auprès de Lausanne. « S’il y a bel et bien eu une erreur et bien tous les frais lui seront remboursés (ndlr- un peu plus de 5000 euros) et cela jusqu’au dernier centime par la Fédération algérienne de football. » Alors à Billal Naïli d’ouvrir cette porte pour retrouver sa dignité comme il l’a souligné auprès de l’équipe de l’USMH, de sa famille et de ses amis.

AB. LAHOUARI

 

Laisser un commentaire

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité