CAN

CAN : Le gouvernement afsud aurait dit non

« Le dernier attentat qui a été perpétré en Egypte en Egypte, n’aura aucune incidence sur la candidature de ce pays pour la CAN 2019 en juin prochain. Le problème sécuritaire n’est pas engagé » a déclaré un connaisseur des arcanes de la CAF. Et sous le sceau de la confidence « off », on croit savoir que l’Afrique du Sud, second candidat, aurait présenté un dossier incomplet, ce qui favoriserait par défaut son adversaire. Une pièce maîtresse reste manquante, celle de l’engagement écrit de son gouvernement, d’accueillir le plus grand événement sportif continental. Sans ce document, le pays de Mandela n’aurait aucune chance de convaincre les membres du Comex de l’institution continentale. Faut-il conclure hâtivement que l’Egypte est sur la voie royale et que les autorités politiques de l’Afrique du Sud ne veulent pas d’une troisième CAN après celles de 1996 et 2013 ? Du tout.

La fédération sud-africaine compte envoyer la demande (qui serait à la signature) avant le 9 janvier, date de la réunion du Comex de la CAF, à Dakar, qui attribuera la CAN 2019. Toutefois, indépendamment de cette incertitude, ses membres sont confrontés à des problèmes techniques inhérents à ces deux grands géants du football continental. D’un côté, la CAN ne suscite pas un grand intérêt en Afrique du Sud et les rencontres à l’exception de celles des Bafana Bafana risquent de se jouer devant des tribunes vides et de l’autre, le système de quota imposé dans les stades actuellement par la fédération égyptienne sur décision du gouvernement. Ce qui bien entendu enlève tout le charme du football qui est avant tout un spectacle. En d’autres termes, tout porte à croire que la décision finale du Comex qui se fera à main levé, dépendra des réponsesapportées sur ce sujet. Et ce sera alors le fameux : « Rien ne va plus. Plus rien ». Le trois pour l’Afrique du Sud ou le cinq pour l’Egypte. Faites votre choix !

AB. LAHOUARI

Laisser un commentaire

Fermer